Le Centre Sèvres et l’anniversaire de Vatican II

Le Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris a voulu s’associer, durant cette année 2012-2013, au 50e anniversaire du concile Vatican II.

::

Il l’a d’abord fait par son colloque de rentrée, qui a réuni plus de 200 participants les 12 et 13 octobre 2012. Le thème en était : « Vatican II, le commencement d’un commencement. Envisager l’avenir de l’Église avec le Concile ».

;;

La soirée du 12 octobre, ouverte par Henri Laux, président du Centre Sèvres, permit d’abord de revoir quelques images de l’assemblée conciliaire à la basilique Saint-Pierre, puis Christoph Theobald montra en quoi Vatican II avait été un « évènement » et dégagea la « vision d’avenir » dont ce Concile était porteur, avant de formuler les questions nouvelles auxquelles nous sommes aujourd’hui confrontés.

,,

La matinée du 13 octobre fut consacrée à trois questions qui illustrent particulièrement le renouveau conciliaire et sa « réception » ultérieure : l’annonce de l’Évangile, abordée par Michel Fédou à partir de l’exhortation Evangelii nuntiandi de Paul VI ; l’engagement dans le dialogue œcuménique, dont Anne-Marie Petitjean retraça les évolutions depuis Unitatis redintegratio jusqu’à l’encyclique Ut unum sint de Jean-Paul II ; la nouvelle compréhension du dialogue interreligieux, qui fut présentée par Agnès Kim à partir de Nostra aetate et de la « rencontre d’Assise ».

,,

Dans l’après-midi, le père Laurent Villemin proposa d’abord un diagnostic sur les résistances actuelles au Concile Vatican II ; puis, à partir de l’expérience vécue dans son diocèse de Saint-Denis, Mgr Pascal Delannoy montra comment ce Concile était « une boussole pour vivre et annoncer l’Évangile au sein de la diversité culturelle et religieuse ».

;;

::

;;

Le colloque s’acheva par une conférence du Frère Émile de Taizé, intitulée « Pour une Église fidèle à l’avenir » ; cette conférence, nourrie de références à Yves Congar et Henri de Lubac, permit de ressaisir des intuitions majeures du Concile et d’indiquer les chemins qu’elles nous ouvrent.

;;

Les temps de débat donnèrent lieu à d’excellentes réactions ou questions de la part de l’auditoire ; ces interventions attestaient par elles-mêmes comment l’anniversaire du Concile peut permettre à des chrétiens de formuler avec profondeur leurs expériences, leurs difficultés ou leurs attentes – Vatican II se révélant donc bien, pour notre propre époque, comme « le commencement d’un commencement ».

;;

Le Centre Sèvres proposera en outre, en partenariat avec l’église Saint-Ignace, une série de sept conférences sur le Concile. Ces conférences, qui seront données le mercredi soir du 13 mars au 24 avril, s’ouvriront par une intervention de François Boëdec sur le thème « Pourquoi Vatican II ? Un évènement d’Église pour notre temps ».

,,

Les interventions suivantes aborderont plusieurs thèmes majeurs du Concile :

l’Écriture dans la vie de l’Église, à partir de Dei Verbum (Miguel Roland-Gosselin) ;

le peuple de Dieu, selon Lumen gentium (Christoph Theobald) ;

la réforme de la liturgie (Pierre Faure) ;

l’Église dans son rapport au monde, selon Gaudium et spes (Alain Thomasset) ;

l’Église catholique et « les autres » (Michel Fédou) ;

la liberté religieuse (Henri Madelin).
Inscriptions obligatoires

,,

Plusieurs enseignants du Centre Sèvres, par ailleurs, ont écrit ou préparent diverses publications sur le Concile. Les interventions du récent colloque seront-elles-mêmes publiées, durant le printemps 2013, aux Éditions Facultés jésuites de Paris. Il faut espérer que tous ces travaux pourront, à leur manière, contribuer à la réception d’un Concile qui devra encore porter de nombreux fruits.