Interdits, symboles, fautes, l’anthropologie du handicap dans les religions

Cours
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Il s’agira d’analyser des systèmes de pensée et des représentations de l’infirmité, ou déficiences diverses, dans plusieurs contextes culturels soit en tant qu’ils sont liés à une figure du divin (Dieu, Allah par exemple ) ou à des puissances surhumaines. Mon approche est celle de l’anthropologie, ce qui veut dire en premier lieu attention aux textes tels qu’ils se présentent, aux conduites, aux pratiques et aux symboles quand on peut les repérer.

 

1. L’anthropologie historique face aux corpus religieux. L’état des études, aujourd’hui, sur le rapport entre religion et handicaps dans l’analyse des cultures.

 

2. L’Ancien testament : les grandes figures bibliques marquées d’une déficience (Jacob, Moïse, Saül et d’autres) ; les prescriptions du Lévitique, les textes de Qumram,

 

3. Comparaison avec les religions environnant ou précédant la Bible hébraïque, et avec les religions des sociétés dites traditionnelles.

 

3. Jésus et les infirmes dans les textes du Nouveau Testament : éléments de continuité et de rupture avec la tradition vétérotestamentaire.

 

4. Muhammad, le Coran et l’Islam.

 

5. Les textes du bouddhisme et de l’hindouisme

 

6. Les institutions islamiques et chrétiennes

 

7. Que nous apprend ce parcours sur les questions de la définition et de l’origine de la religion ?

 

Télécharger le tract

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.