Tradition de l’écriture : Le prophète Daniel
prophète daniel
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

« Daniel » signifie : « Il me juge, Dieu ». Le nom est programmatique. Le texte fait entrer ainsi dans l’intelligence de la double composante du jugement de Dieu selon l’héritage prophétique. Dieu juge en condamnant le mal et le péché qui détruit sa créature mais c’est en vue d’un jugement de salut pour tous. À cet égard, le livre de Daniel sert de trait d’union entre l’Ancien et le Nouveau Testament.
Merci de prendre contact avec l’animateur, en passant par le secrétariat du Centre Sèvres.

Le choix des textes peut être sujet à révision au fil du parcours

 

  1. Samedi 9 octobre 2021 Les enfants hébreux à la cour de Nabuchodonosor (Dn 1)

 

 

  1. Samedi 6 novembre Le songe de Nabuchodonosor : la statue composite (Dn 2)

 

 

  1. Samedi 4 décembre Le songe de Daniel (Dn 7)

 

 

  1. Samedi 8 janvier 2022 La prophétie des soixante-dix semaines (Dn 9)

 

 

  1. Samedi 12 février Le temps de la colère (Dn 10-11)

 

 

  1. Samedi 12 mars Le temps de la fin (Dn 12)

 

 

  1. Samedi 9 avril Suzanne et le jugement de Daniel (Dn 13)

 

Parcours biblique. Tradition de l’Écriture 2021-2022. Le prophète Daniel

 

               Dans le déroulé des livres selon la tradition juive, le livre de Daniel figure parmi les Écrits sapientiels entre Esther et Esdras. Selon la traduction grecque de la LXX, il est le quatrième des grands prophètes après Isaïe, Jérémie et Ézéchiel. Du point de vue de la tradition prophétique, Daniel à la suite d’Ézéchiel est imprégné du courant apocalyptique qui cherche à actualiser l’eschatologie de la fin des temps dans l’histoire. Il s’agit dès lors de faire la part qui revient à l’artifice littéraire – le texte dans son état définitif est plus tardif que le retour d’exil dont il traite – et à l’histoire – il relève de l’époque hellénistique (333-63 ; la rédaction de Daniel est datée de 167-164 av. J.-C.). Le livre se trouve dès lors teinté de Sagesse. Jusque dans l’Apocalypse de Jean, genre apocalyptique et genre sapientiel sont en effet indissociables au point d’apparaître comme la caractéristique de ce courant : la Sagesse liée à l’origine est inséparable du jugement qui implique la fin ; pas d’Alpha sans Oméga, pas de Premier sans Dernier (Ap 1,8 ; 21,6 ; 22,13). Il convient de démêler le fond historique de ces chapitres de leur enseignement qui se veut universaliste, c’est-à-dire valable pour Israël comme pour les Nations, puisqu’il est fondé sur la création, au fondement de l’histoire. À ce titre son message se trouve à l’unisson du Nouveau Testament. Jésus est un personnage historique et la Parole par qui tout est créé (Jn 1,1).

Après le trésor des Psaumes, choisi pour entrer dans le corpus biblique en 2010-2021, ce parcours cède donc la place à la tradition prophétique pour favoriser l’appropriation du contenu de la Bible, Ancien et Nouveau Testament reliés. L’année prochaine sera consacrée à l’étude de l’évangile selon Luc.

Compte tenu des aléas du contexte pandémique, la lecture de Daniel se déploiera sur sept samedis, plutôt que les six habituels, sans session conclusive ailleurs qu’au Centre Sèvres. Une introduction aux textes étudiés : Les enfants hébreux à la cour de Nabuchodonosor (Dn 1) ; Le songe de Nabuchodonosor (Dn 2) ; Le songe de Daniel (Dn 7) ; La prophétie des soixante-dix semaines (Dn 9) ; Le temps de la colère (Dn 10–11) ; Le temps de la fin (Dn 12) ; Suzanne et le jugement de Daniel (Dn 13–14), se prolonge en groupes de lecture commune.

Prière aux personnes intéressées de prendre contact avec l’animateur, en passant par le secrétariat du Centre Sèvres.

 

Bibliographie

Introduction à Daniel et le texte annoté de Daniel dans la Traduction Œcuménique de la Bible                (TOB), Cerf ― Bibli’O, 2012 (indispensable parce que de présentation remarquable), pp. 1449-1455 ; pp. 1457-1490.

Introduction à Daniel ; Daniel, Traduction Œcuménique de la Bible (TOB), Cerf ― Bibli’O,                2012, pp. 1449-1455 ; pp. 1457-1490 (indispensable).

ASURMENDI, J., FERRY, J., FOURINIER-BIDOZ, A., NIEUVIARTS, J., Guide de lecture des                prophètes, Paris, Bayard Compact, 2010 (avec bibliographie à la fin de chaque                monographie, dont Daniel ; à consulter).

 

Date de début :
samedi 9 octobre 2021
Date de fin :
samedi 2 avril 2022
Horaires :
Samedi de 14h30 à 18h
Durée :
24,5 heure(s)
Tarif :
246 €
Ouvert sur autorisation
ECTS :
3

Avec ces enseignant(e)s :

Événement(s) du même domaine

Cours
Les sapientiaux : sagesse humaine, sagesse biblique
La Bible hébraïque connaît trois livres sapientiaux : Job, Proverbes, Qohéleth ; la Septante y ajoute Sagesse et Siracide. Ce cours cherc...
Cours
Il était une fois les prophètes
Il était une fois les prophètes : des hommes et des femmes, en Mésopotamie, se dressèrent et prirent la parole au nom de leurs dieux. Au ...
Séminaire
Quand la terre souffre de notre méchanceté : Caïn et Noé
Si l’urgence de la crise écologique se devrait de mobiliser toutes nos énergies, peut-elle informer l’exégèse de l’Ancien Testament ? Il ...
Date de début :
samedi 9 octobre 2021
Date de fin :
samedi 2 avril 2022
Horaires :
Samedi de 14h30 à 18h
Durée :
24,5 heure(s)
Tarif :
246 €
Ouvert sur autorisation
ECTS :
3