Théologie de la création : croire sérieusement au Dieu créateur aujourd’hui ?
2020-2021 theologie de la creation centre sevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

La confession de foi en Dieu créateur est aujourd’hui largement remise en cause dans un monde où cohabitent différents types de rationalité. Comment pouvons-nous aujourd’hui parler sérieusement de création, en ne renonçant ni à des affirmations doctrinales essentielles, ni aux résultats des sciences modernes sur l’univers et son origine, sur la place de l’homme dans la nature ?

« Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ». Cette confession de foi est aujourd’hui largement remise en cause dans un monde où cohabitent voire s’affrontent différentes visions du monde et différents types de rationalité. Comment pouvons-nous aujourd’hui parler sérieusement de création ; sérieusement c’est-à-dire en ne renonçant ni à des affirmations doctrinales essentielles, ni aux résultats des sciences modernes concernant l’univers, son origine, la place de l’homme dans cette immensité ?

Le moment historique dans lequel nous sommes nous oblige à un approfondissement et à la formulation d’une nouvelle synthèse. En dialogue avec les Écritures, la tradition théologique et la réflexion contemporaine, nous verrons que la théologie de la création concerne moins l’origine du monde que l’accomplissement du salut promis par Dieu en Jésus-Christ, par qui passe « le destin de toute la création » (Laudato Si’ 99). Dieu est Trinité créatrice parce qu’il est sauveur.

Cette introduction voudrait être un premier élément pour répondre à l’invitation du pape François à « un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète » (Laudato Si’ §14). à l’heure où la tradition chrétienne fait figure d’accusée, nous discernons les ressources de notre tradition pour formuler aujourd’hui le sens chrétien du mystère de la création.

 

Bibliographie :

Adolphe Gesché, Le cosmos, Paris, Cerf, « Dieu pour penser », 1994.

Pierre Gisel, La création : essai sur la liberté et la nécessité, l’histoire et la loi, l’homme, le mal et Dieu, Genève, Labor et Fides, « Lieux théologiques », 1987.

Medard Kehl et al., « Et Dieu vit que cela était bon »: une théologie de la Création, tr. fr. Joseph Hoffmann, Paris, Cerf, « Cogitatio fidei », n°264, 2008.

Elena Lasida (dir.), Parler de la création après Laudato Si’, Montrouge, Bayard, 2020.

Lynn T. White, Les racines historique de notre crise écologique, Paris, PUF, 2019 (édition établie, présentée et commentée par Dominique Bourg).

 

Date de début :
jeudi 7 octobre 2021
Date de fin :
jeudi 9 décembre 2021
Horaires :
Jeudi de 14h30 à 16h30
Durée :
14 heure(s)
Tarif :
149 €
Statut :
Présentiel ou distanciel au choix à l'inscription
Ouvert à tous sur inscription
Cursus : 
1er cycle, CCF, Int 2, Int 3, Théo 2 , Théo 3
ECTS :
2

Avec ces enseignant(e)s :

Date de début :
jeudi 7 octobre 2021
Date de fin :
jeudi 9 décembre 2021
Horaires :
Jeudi de 14h30 à 16h30
Durée :
14 heure(s)
Tarif :
149 €
Ouvert à tous sur inscription
Statut :
Présentiel ou distanciel au choix à l'inscription
Cursus : 
1er cycle, CCF, Int 2, Int 3, Théo 2 , Théo 3
ECTS :
2