Penser avec René Girard
03-10-2019 Une théologie nourrie de la pensée de René Girard-centresevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Penser avec René Girard

La pensée de René Girard (1923 – 2015) a renouvelé l’anthropologie religieuse et irrigué de vastes domaines des sciences humaines et sociales, sans oublier la théologie. Contrastant avec sa relative marginalité dans le monde intellectuel français, son influence s'avère durable et profonde à l'échelle mondiale. Plusieurs de ses idées ont laissé leur marque dans le langage et les représentations collectives. Grâce à Girard, nous comprenons mieux que nos désirs imitent ceux des autres et que de là naissent les rivalités et la violence. Mais c’est la métaphore biblique du bouc émissaire qui résume le mieux son apport. Il est banal de constater que les groupes humains construisent souvent leur unité au dépens d’une « bête noire », mais nous savons désormais grâce à Girard que cette banale mécanique de la stigmatisation est constitutive d’une sorte de péché originel de la civilisation. Grâce à lui également, nous comprenons que cette logique victimaire a quelque chose à voir avec les sacrifices rituels, et donc avec le sacré et la religion. Girard, enfin, a aidé les chrétiens à voir la Passion du Christ comme un dévoilement et l’amorce d’un dépassement de cette logique victimaire, comme un lynchage qui récapitule toutes les violences injustes raconté du point de vue d’une victime divine ressuscitée qui s'offre comme principe d’une nouvelle unité. L’exégèse girardienne souligne avec un relief nouveau l’unité des Évangiles, le sens et la nécessité de la Passion comme parachèvement et mise en acte de l’annonce d’un Royaume de pardon et de paix. Mais la tâche demeure d’intégrer cet apport - qui semble à première vue susceptible de nourrir une critique radicale du religieux en tant qu’il reste l’héritier du sacré archaïque - dans une théologie du Salut et de l’Église. La théologie d’inspiration girardienne, très vivante et active notamment dans le monde anglophone, a commencé de relever ce défi. L’objectif du cours est d’évaluer les apports de René Girard et la réception de sa pensée dans différents domaines disciplinaires, de l’économie à la théologie, sans occulter les problèmes méthodologiques et philosophiques qu’elle soulève, à commencer par celui des rapports entre l’anthropologie et la théologie. On s'intéressera aussi aux outils de compréhension fournis par la pensée de Girard pour éclairer les grands problèmes du monde et de notre société. Le cours s’appuiera en premier lieu sur les ouvrages de Girard, la lecture d'au moins l'un de ceux-ci étant vivement recommandée. Bibliographie Ouvrages de René Girard, dont (par ordre de priorité) :
  • Des choses cachées depuis la fondation du monde, Grasset, 1978, le livre de poche 2015
  • La violence et le sacré, Grasset, 1972
  • Mensonge romantique et vérité romanesque, Grasset, 1961 ; rééd. « Pluriel »
  • Le Bouc émissaire, Grasset 1982, Le livre de poche 2013
  • Je vois Satan tomber comme l'éclair, Gasset 1999, Le livre de poche 2010
  • Les origines de la culture, Desclée de Brouwer, 2004
Autres :
  • Bernard Perret, Penser la foi chrétienne après René Girard, Ad Solem 2018
  • James Alison, Douze leçons sur le christianisme, Desclée de Brouwer 2015
  • Benoît Chantre, Les derniers jours de Réné Girard, Grasset 2017
  • Christine Orsini, René Girard, Que Sais-je ? 2018
Date de début :
jeudi 18 février 2021
Date de fin :
jeudi 8 avril 2021
Horaires :
Jeudi de 19h30 à 21h30
Durée :
14 heure(s)
Tarif :
146 €
Statut :
Distanciel

Avec ces enseignant(e)s :

Date de début :
jeudi 18 février 2021
Date de fin :
jeudi 8 avril 2021
Horaires :
Jeudi de 19h30 à 21h30
Durée :
14 heure(s)
Tarif :
146 €
Statut :
Distanciel