L’éloge de la « fragilité » chez Jean-Louis Chrétien
L’éloge de la « fragilité » chez Jean-Louis Chrétien
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

L’éloge de la « fragilité » chez Jean-Louis Chrétien

La dernière œuvre que Jean-Louis Chrétien a publiée de son vivant est intitulée  « Fragilité » (Les Éditions de Minuit, 2017). Tandis que, pour les Grecs, la fragilité était conçue comme un manque ou comme une sorte d’occultation d’une force plus originelle, les Latins l’identifiaient à une brisure ouverte. En commençant par l’analyse étymologique du terme dans les langues basilaires de la culture occidentale, J.-L. Chrétien nous emmène dans un parcours historique de Sénèque jusqu’à Kant, en passant, bien évidemment, par les Pères de l’Eglise, tels qu’Ambroise et Augustin. Ce sont ceux-ci qui nous apprennent à concevoir la fragilité dans un sens fondamentalement moral, au sens où l’homme incline, dans sa condition d’être fragile, au mal. La compréhension de la fragilité se développe alors à partir de la personne humaine telle qu’elle se manifeste en qualité de phénomène. En ce sens, il ne s’agit pas seulement de décrire l’humain dans sa condition de fragilité au sein de la contingence de ses expériences au monde : J.-L. Chrétien ne permet pas que la fragilité devienne un terme péjoratif. Au-delà d’une simple faiblesse, la fragilité apparaît comme condition rendant possible la communion entre des personnes distinctes. La faiblesse ne se montre donc pas comme la source du ressentiment contre la vie, mais comme le lieu même où celle-ci se donne.

Bibliographie :

Lecture obligatoire :

Jean-Louis Chrétien, Fragilité (Paris : Les Éditions de Minuit, 2017).

Lecture complémentaire (optionnelle) :

Jean-Louis Chrétien, La voix nue. Phénoménologie de la promesse (Paris : Les Éditions de Minuit, 1990).

Jean-Louis Chrétien, Saint Augustin et les actes de parole (Paris : PUF, 2002).

Jean-Louis Chrétien, L’inoubliable et l’inespéré (Paris : Desclée de Brouwer, 2014).

Jean-Louis Chrétien, Reconnaissances philosophiques (Paris : Les Éditions du Cerf, 2010).

Jean-Louis Chrétien, L’espace intérieur (Paris : Les Éditions de Minuit, 2014).

Bruce Ellis Benson et Norman Wirzba (dir.), Words of Life. New Theological Turns in French Phenomenology (New York: Fordham University Press, 2010).

Date de début :
lundi 10 janvier 2022
Date de fin :
lundi 31 janvier 2022
Horaires :
Lundi de 14h00 à 15h30 et de 16h00 à 18h00
Durée :
12 heure(s)
Tarif :
129 €
Statut :
Présentiel
Ouvert à tous sur inscription
Cursus : 
1er cycle
ECTS :
2

Avec ces enseignant(e)s :

Événement(s) du même domaine

Cours
Introduction à la phénoménologie : Husserl et sa postérité
Soucieux d’éviter les écueils de l’objectivisme des sciences positives et le subjectivisme de la psychologie, Edmund Husserl (1859-1938) ...
Séminaire
Lire Friedrich Nietzsche aujourd’hui
Nietzsche est, avec Karl Marx et Sigmund Freud, l’un des « maîtres du soupçon », selon une expression de Paul Ricœur (De l’interprétation...
Cours
Introduction à la phénoménologie : Husserl, le fondateur
Ce cours propose une introduction à la phénoménologie de Husserl selon une approche pragmatique. Nous montrerons d’abord en quoi la...
Date de début :
lundi 10 janvier 2022
Date de fin :
lundi 31 janvier 2022
Horaires :
Lundi de 14h00 à 15h30 et de 16h00 à 18h00
Durée :
12 heure(s)
Tarif :
129 €
Ouvert à tous sur inscription
Statut :
Présentiel
Cursus : 
1er cycle
ECTS :
2