Le mal, une provocation, Camus versus Teilhard
Portraits de Teilhard et Camus
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Sachant que Camus est parti d’un dialogue (musclé) dans son mémoire universitaire avec le néo-platonisme (et l’augustinisme) et que dans « la Peste », le Père Paneloux présente quelques traits empruntés – entre autres évidemment – à Teilhard, il est possible d’essayer une confrontation.

On songera d’abord, évidemment, à la place que tient la maladie chez Albert Camus. Lorsqu’il revient en France en 1942, il est malade, contraint de soigner sa tuberculose dans ce séjour retiré. Il commence à écrire un roman dont une maladie, ce sera « la peste », est au centre. En novembre 1942, il note : « La maladie est un couvent qui a sa règle, son ascèse, ses silences et ses inspirations ». S’il se révolte contre sa maladie, il ne la voit pas seulement comme quelque chose de négatif, puisqu’elle le rend créatif. Comme dans son essai l’ « Homme révolté », il cherche l’affirmation cachée dans la négation première ! Pourtant dans son roman tout en décrivant la maladie comme une métaphore politique (l’Occupation), l’enjeu en est aussi métaphysique. Il dénonce la souffrance et la mort des enfants innocents : en cela, il affronte avec virulence la conception chrétienne du mal.

La question du mal est sans doute l’une des plus controversées dans l’œuvre de Teilhard. Très intéressé depuis ses premiers écrits par le néo-platonisme, il affronte la question du mal du point de vue métaphysique. C’est plus tard qu’il abordera le problème moral et la question de la souffrance. On sait par ses Notes de lecture, que Teilhard de Chardin a lu Albert Camus. Il s‘oppose vigoureusement à lui. Mais la confrontation peut faire apparaître des nuances intéressantes . L’œuvre de Teilhard peut être comprise comme un appel à l’espérance et non pas comme un optimisme facile : en quelque sorte par-delà le mal. Face aux provocations camusiennes, comment les textes de Teilhard peuvent-ils amorcer une réponse ?

Date de début :
jeudi 3 mars 2022
Date de fin :
vendredi 18 mars 2022
Horaires :
Jeudi et vendredi de 14h30 à 16h30
Durée :
12 heure(s)
Tarif :
129 €
Ouvert à tous sur inscription
Cursus : 
1er cycle
ECTS :
2

Avec ces enseignant(e)s :

Date de début :
jeudi 3 mars 2022
Date de fin :
vendredi 18 mars 2022
Horaires :
Jeudi et vendredi de 14h30 à 16h30
Durée :
12 heure(s)
Tarif :
129 €
Ouvert à tous sur inscription
Cursus : 
1er cycle
ECTS :
2