La relation soignant-malade : épreuve spirituelle, expérience spirituelle
2019-2020 La relation soignant-malade-centresevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email
L'Enseignant, jésuite, médecin en soins palliatifs, proposera une lecture, structurée par la dynamique des Exercices spirituels, de quatre expériences fondamentales du malade et du soignant afin de permettre à chaque participant de faire sa relecture personnelle. Chaque expérience est présentée métaphoriquement comme un moment du cycle nocturne-diurne.
  1. Le sommeil nocturne avec ses rêves réfère à l'expérience du désir. Ce qu'une personne désire au fond, est-ce de l'ordre de la santé médicale ou de la rencontre ? Mon travail avec des malades est-il simplement le produit du hasard et des circonstances pratiques de la vie, ou puis-je le relire comme quelque chose qui m'est confié par un désir de vie, comme une histoire de Moïse ? Mais comment écouter mon histoire dans une société et une médecine où le visuel domine l'auditif ?
  2. La réalité du mal fait sortir du rêve : réveil désenchantant où le malade et le soignant se trouvent jetés entre impuissance et responsabilité, entre savoir et ne pas savoir. Pour sortir de cette ambiguïté, il faut une « confession » qui permet de se rencontrer en vérité. Il faudra situer ici la différence entre information et vérité, l'expérience du pardon, et la difficulté de prendre le temps pour s'attarder à ses blessures dans une société hors du temps.
  3. La longue journée médicale se remplit de multiples décisions : troisième expérience fondamentale. Décider, c'est prendre des décisions ou c'est aussi les recevoir de l'intérieur ? Pour décider il faut de la compétence, de l'empathie, de l'expérience et de la liberté intérieure par rapport à nos passions.
  4. Étrangement, nous pouvons recevoir dans la passion-souffrance quelque chose qui libère de nos autres passions. À l'image de l'insomnie, la souffrance est une passivité négative face à laquelle le soignant doit développer sa triple passivité-dans-l'activité :
    • vraiment suivre le malade en n'agissant « pas-si-vite », et
    • vraiment compatir pour
    • recevoir le don spirituel du malade.
Chaque expérience sera abordée à travers une présentation, un temps de réflexion personnelle et un temps d'échanges. Cet enseignement s'adresse en premier lieu à des soignants. Télécharger le tract
Date de début :
samedi 30 novembre 2019
Date de fin :
samedi 14 décembre 2019
Horaires :
Samedi de 9h30 à 17h
Durée :
12 heure(s)
Tarif :
82 €

Avec ces enseignant(e)s :

Événement(s) du même domaine

Cours
Méthodologie des études de cas en bioéthique
Confrontés à des décisions thérapeutiques graves et à des dilemmes éthiques, les équipes médicales, les comités d’éthique, et parfois les...
Conférence
Prendre soin : au-delà de la compétence, une attitude humaine
Les nouvelles figures du soin (cf. Esprit, 2006/1), mises en valeur notamment à partir de l’éthique du care, font apparaître une attitude...
Journée d'études
Lutter contre les souffrances, jusqu’où ? Un impératif, des limites, des questions éthiques
Malgré les progrès réalisés, il reste beaucoup à faire dans le soulagement de la douleur et l’apaisement des souffrances. La médecine ne ...
Date de début :
samedi 30 novembre 2019
Date de fin :
samedi 14 décembre 2019
Horaires :
Samedi de 9h30 à 17h
Durée :
12 heure(s)
Tarif :
82 €

A voir aussi