Introduction à la pensée d’Albert Camus
2020-2021 camus teilhard-centresevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email
  La crise sanitaire a montré que la pensée d’Albert Camus était toujours d’actualité. Mais ce n’est pas seulement la Peste qu’il faut relire. La cohérence de la vie de Camus, de son œuvre et de ses engagements nous enseigne aujourd’hui comme hier à nous « forger un art de vivre par temps de catastrophe, pour naître une seconde fois, et lutter ensuite, à visage découvert, contre l’instinct de mort à l’œuvre dans notre histoire ». Passionné de justice et de vérité, amoureux de la beauté et de la vie, Camus refuse les idéologies, le mensonge et la servitude. À sa suite, nous pouvons apprendre à vivre sans nous résigner et considérer que si « chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde, (la nôtre) sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. Héritière d’une histoire corrompue où se mêlent les révolutions déchues, les techniques devenues folles, les dieux morts et les idéologies exténuées, où de médiocres pouvoirs peuvent aujourd’hui tout détruire mais ne savent plus convaincre, où l’intelligence s’est abaissée jusqu’à se faire la servante de la haine et de l’oppression, cette génération (doit) […] restaurer […] un peu de ce qui fait la dignité de vivre et de mourir. » Pour entrer dans l’œuvre de Camus, nous suivrons les indications de l’auteur lui-même : « Je voulais d’abord exprimer la négation. Sous trois formes. Romanesque : ce fut l’Étranger. Dramatique : Caligula. Le Malentendu. Idéologique : le Mythe de Sisyphe. Je prévoyais le positif sous trois formes encore. Romanesque : la Peste. Dramatique : l’État de siège et les Justes. Idéologique : l’homme révolté. J’entrevoyais déjà une troisième couche autour de l’amour. ». Ces trois temps – de l’absurde, de la révolte et de l’amour – et ces œuvres – en commençant par le Premier homme – nous serviront de guides.   Bibliographie :
  • Le premier homme (1994), « Folio », Gallimard, 2020.
  • Conférences et discours. 1936-1958, « Folio », Gallimard, 2017.
  • Le mythe de Sisyphe. Essai sur l’absurde, Gallimard, coll. « Folio/Essais », 1942. L’homme révolté, Gallimard NRF, 1951.
En savoir plus : présentation du cours par Véronique Albanel (ne pas tenir compte des infos pratique en fin de vidéo, relatives au cours de 2020-2021)
Date de début : 6 octobre, 2021
Date de fin : 1 décembre, 2021
Horaires : mercredi de 19h30 à 21h30
Nombre d'heures : 14
Type of course : 
Distance learning

Avec ces enseignant(e)s :

Événement(s) du même domaine

Cours
L’éloge de la « fragilité » chez Jean-Louis Chrétien
Le cours développe la richesse de la pensée de Jean-Louis Chrétien sur la fragilité. Brossant le parcours étymologique et historique du concept, le philosophe montre que loin d’être une simple faiblesse, la fragilité est une condition rendant possible la communion entre des personnes distinctes et devient le lieu même où la vie se donne. La lecture de Fragilité (Les Éditions de Minuit, 2017) est fortement recommandée.
Cours
Introduction à la phénoménologie : Husserl et sa postérité
Séminaire
Lire Friedrich Nietzsche aujourd’hui

Événement(s) du même enseignant

Cours en ligne
S’exercer à penser et agir avec Hannah Arendt
Date de début :
mercredi 6 octobre 2021
Date de fin :
mercredi 1 décembre 2021
Sauf le 3 novembre
Horaires :
mercredi de 19h30 à 21h30
Durée :
14 heure(s)
Tarif :
149 €
Ouvert à tous sur inscription
Statut :
Distanciel
ECTS :
2