Andrei Tarkovski, dans les couloirs du temps
2019-2020 Andrei Tarkovski, dans les couloirs du temps - centre sevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email
Mystique éclairé et formaliste grandiose, remodelant les contours du monde selon de profonds courants intérieurs, le cinéaste russe Andrei Tarkovski (1932-1986) interroge la destinée de l’homme et le rôle de l’artiste au sein d’une modernité occidentale soldant peu à peu son héritage spirituel. Son cinéma creuse des voies ésotériques, symboliques et méditatives inédites, à la recherche du lien originel qui unit toute chose et tout être à l’univers qui l’entoure. Chaque plan grave dans la mémoire du spectateur une mesure toujours inédite du temps. Qu’il s’agisse de l’eau dégoulinant de tous bords - la pluie tombant à travers le toit, dans la maison du fou de Nostalghia (1983), ou encore dans le bunker de Stalker (1980) -, de la dentelle de vapeur qui s’élève dans les airs et s’estompe doucement - les thermes du même Nostalghia -, des bourrasques de vent soulevant hautes herbes et bosquets - Le Miroir (1978) -, les vacillements de la lumière, battant comme un cœur chaud - la chambre du petit garçon dans Le Sacrifice (1986) -, ou la combustion - les maisons en flammes dans Le Miroir et Le Sacrifice -, les éléments ne cessent de se transformer. Selon les propres mots du cinéaste, « le présent fuit, glisse entre les doigts comme du sable, et n’a de poids matériel que par le souvenir. Le temps que nous vivons se dépose dans nos âmes comme une expérience dans le temps. » L’art poétique de Tarkovski tient précisément à cela : recueillir à la surface l’image, comme au travers d’un tamis, ce dépôt résiduel du temps, cette rouille universelle qui contient en elle l’intime secret de notre présence au monde. Sa mise en scène restitue ce souffle sacré qui saute par-dessus les coupes et se faufile dans les pores du récit, entre les objets, les êtres, et passe par chacune de leurs brèches. Se laisser traverser par ce courant constitue une expérience unique. Andrei Tarkovski, dans les couloirs du temps Œuvres au programme : - Le Rouleau compresseur et le violon (1960) - L'Enfance d'Ivan (1962) - Andrei Roublev (1966) - Solaris (1972) - Le Miroir (1975) - Stalker (1979) - Nostalghia (1983) - Le Sacrifice (1986) Photo : ©DR
Date de début :
mercredi 5 février 2020
Date de fin :
mercredi 1 avril 2020
Horaires :
Mercredi de 19h15 à 21h45
Durée :
20 heure(s)
Tarif :
200 €

Avec ces enseignant(e)s :

Événement(s) du même domaine

Atelier
Former un choeur théâtral pour porter un texte à la scène
À partir du choeur antique grec et de l’enseignement de Jacques Lecoq, nous formerons un choeur théâtral d’une quinzaine d’interprètes.
Cours
Roberto Rossellini, la force et la raison
Né en 1906 et mort en 1977 à Rome, Roberto Rossellini, dont la vie et l’œuvre embrassent le cours tumultueux du XXe siècle, est l&r...
Cours
L’émotion poétique
L’émotion est à la source du chant où le sujet est comme soulevé au-delà de lui-même dans une expérience neuve du monde, de l’autre et de...
Date de début :
mercredi 5 février 2020
Date de fin :
mercredi 1 avril 2020
Horaires :
Mercredi de 19h15 à 21h45
Durée :
20 heure(s)
Tarif :
200 €

A voir aussi