Prélèvements d’organes : pourquoi, quand, comment ? Nouveaux enjeux éthiques et médicaux

 
dons d'organesUn amendement à la loi de bioéthique de 2011 est entré en vigueur le 1er janvier 2017. Il modifie les modalités d’expression du refus de prélèvement d’organes après le décès dans le cadre du consentement implicite. Que va-t-il changer pour les citoyens, les proches de la personne décédée et les équipes médicales chargées de les accompagner ?

La conférence-débat présentera d’abord les évolutions des critères médicaux et juridiques de constat de la mort et leurs enjeux médicaux et éthiques dans le cadre de l’élargissement du champ des prélèvements.

Elle analysera ensuite les modalités d’expression du refus, ainsi que l’expérience des équipes de coordination des prélèvements d’organes chargées de l’accueil et de l’information des proches.

Comment informer les citoyens, humaniser encore mieux cette rencontre avec les proches dans un moment toujours douloureux, et susciter, dans toute la société, la confiance envers les pratiques médicales et la générosité du don ?
 
Avec la participation de

  • Dr Vanessa Labeye, ancien médecin de coordination hospitalière de prélèvements d’organes aux Hospices Civils de Lyon
  • Dr Alain Tenaillon, ancien responsable du Pôle stratégie et greffe de l’Agence de la biomédecine

 
Débat animé par le Bruno Saintôt sj, Responsable du département Éthique biomédicale du Centre Sèvres.
En partenariat avec le Centre Laennec.
 
Télécharger le tract
 
Entrée libre