Faut-il connaître ses gènes pour maîtriser sa santé ?

Séquençage1Qu’attendre du séquençage de la totalité de son propre génome ?
Jusqu’où espérer prévenir les maladies et mieux les traiter ? Suffira-t-il de distinguer entre maladies à forte causalités génétiques et maladies communes (hypertension, diabète, …) où le séquençage individuel n’a que peu d’intérêt ?

 

Quelle éthique pour réguler le droit de savoir ou de ne pas savoir, et d’éventuels dépistages généralisés des personnes risquant de transmettre des maladies génétiques graves ?

 

Plus généralement, entre espoirs et craintes, les données génétiques vont-elles changer notre vision de la société ? L’individu pourrait-il devenir soit malade de façon innée, et donc victime, soit responsable à l’avance d’une pathologie prédite ou transmissible ?

 

Quelles éventuelles discriminations par la génétique ? Feront-elles oublier les causes socioculturelles et socio économiques des inégalités d’accès au diagnostic et aux soins ?
 
Ces questions seront débattues avec le concours de :

  • Pr. Jean-Louis Mandel, Pr. émérite au Collège de France (chaire de génétique humaine), généticien
  • Pr. Xavier Jeunemaitre, Pr. de génétique et Praticien hospitalier (Hôpital Européen Georges Pompidou)

 
Débat animé par le Pr. Pierre Corvol, Professeur émérite au Collège de France
 
Télécharger le tract
 
Libre participation aux frais