Yves Congar : une théologie au service de la « réforme dans l’Église »

Chargement Événements

Dans la première moitié du XXe s. la distance séparant l’Église catholique du monde moderne provoqua en Occident l’élan missionnaire des laïcs (Action catholique) et de certains prêtres (prêtres ouvriers). Ce premier « réformisme » pouvait inquiéter. Par ailleurs, un appel missionnaire plus global avait déjà donné naissance, en milieux protestants, au mouvement œcuménique moderne qui éveillait la méfiance romaine mais appelait certains catholiques. D’autres mouvements (biblique, patristique, liturgique…) et la « nouvelle théologie » ouvraient des voies au ressourcement qui s’imposait à beaucoup. Y. Congar travailla, en théologien, à fonder ce « renouveau de l’idée d’Église ». Sa double vocation, ecclésiologique et œcuménique, le conduira à affirmer que ce« réformisme » est « manifestement suscité par le Saint-Esprit » (cf. le prospectus de lancement de la coll. Unam Sanctam, en 1935). Vraie et fausse réforme dans l’Église (1950) sera son maître-livre préconciliaire ; Jalons pour une théologie du laïcat (1953) publiera ensuite les pièces d’un dossier nécessaire pour servir la cause d’une « ecclésiologie totale ».

Les dossiers historiques caractérisent de manière générale ses publications car Congar avait conscience de l’historicité de l’Église et de toute théologie puisque le Dieu de la Bible et de Jésus est le « Dieu vivant », « le Dieu de l’histoire » (1975), le Dieu qui se révèle au fil du temps.

Expert au Concile Vatican II, il contribuera au recyclage de nombre d’évêques et à la rédaction de bien des textes.

Par la suite, il accompagnera la réception de ce « Concile de réforme » et continuera à approfondir les grands fondements de tout renouveau : l’action de l’Esprit Saint et, par là, un sens plus juste de ce qu’on appelle « la tradition ».

En découvrant son itinéraire et son œuvre, le cours permettra d’explorer divers domaines de la théologie chrétienne mais aussi de se laisser inspirer par le style propre et les évolutions de ce théologien, de recueillir quelques « outils » permettant de réfléchir l’une ou l’autre question toujours actuelle.

Ouvert à tous.

Avec :

Anne-Marie PETITJEAN

Auxiliaire du sacerdoce, docteur en théologie et histoire de la liturgie (ICP), maître-assistante en théologie pastorale et dogmatique, membre du Groupe des Dombes et des «Conversations évangéliques-catholiques en France».

Voir son profil