« Voici l’homme ! » (Jn 19, 5) : l’humanité de Dieu selon Karl Barth

Chargement Événements

« Voici l’homme ! » : « l’index de Pilate exige toute notre attention » affirme K. Barth (1886-1968) dans sa Dogmatique ecclésiastique (III/2*, p. 51). Que dit cette expression de la vérité de l’homme ? Propose-t-elle une définition de l’être humain à laquelle toutes les autres notions de l’homme devraient être subordonnées ? Telles sont les interrogations de ce théologien protestant qui le conduiront à pen­ser l’anthropologie théologique à partir de la christologie.
Après avoir rappelé le contexte historique dans lequel la pensée de K. Barth se déploie, le séminaire présentera les principales clés permettant d’entrer dans une compréhension de sa théologie, concernant notamment la définition et la vocation de l’être humain. L’analyse de textes significatifs de sa Dogmatique ecclésiastique précisera ce qu’il entend par l’affirmation de l’impossibilité « de regarder au Christ sans nous voir nous-mêmes », tout en reconnaissant que nous existons cependant « dans le cadre de contradictions dont nous sommes incapables de nous dégager ou de faire abstraction » (III/2*, p. 52). Dans quelle mesure notre nature humaine peut-elle correspondre alors au fait d’être appelée « à devenir l’alliée de Dieu » ?
Ces textes de la Dogmatique ecclésiastique seront lus à la lumière d’une conférence certes tardive, mais décisive (L’humanité de Dieu, 1956), dans laquelle K. Barth fait son autocritique. Il parle alors « d’une nouvelle conversion » (L’humanité de Dieu, p. 17) et d’un « tournant radical s’imposant absolument » (ibid., p. 13) qui appellent à dire de manière plus ajustée la place de l’humanité de Dieu. En effet, celle-ci était passée du centre à la périphérie, confesse-t-il.
Cette prise de conscience est la conséquence de relations oecuméniques, notam­ment de la critique de « l’ami de l’autre bord » (H.-U. von Balthasar en 1951) grâce auquel K. Barth comprend qu’il lui faut à présent travailler beaucoup plus avec la notion d’analogie, et non plus exclusivement de manière dialectique. Le séminaire explorera ces concepts d’analogie de l’être, d’analogie de la foi et de la relation, en identifiant leurs enjeux dans la compréhension de l’humanité de Dieu.

6 octobre au 12 janvier + 22 janvier

Ouvert sur autorisation du directeur de cycle, formulaire à demander au secrétariat.

Avec :
Anne-Cathy Graber- centre sevres-Chaire de théologie œcuménique

Anne Cathy GRABER

Communauté du Chemin Neuf, pasteur, docteur en théologie.

Voir son profil