Vers une phénoménologie herméneutique du soi

Chargement Événements

À la jonction de la science-fiction et du transhumanisme, l’utopie de l’homme « augmenté » prétend remettre en cause l’idée selon laquelle la « nature humaine » est et devrait rester inaltérable. À l’appui des effets cumulés de différentes sciences, il s’agirait de diffuser des techniques visant à éliminer le vieillissement et à améliorer les capacités intellectuelles, physiques et psychologiques de l’être humain. La responsabilité du philosophe est de se demander si tout ce qui est possible est désirable. Les interrogations issues de ce mouvement culturel et intellectuel requièrent de reconsidérer le concept d’ « expérience », qui est une des notions directrices de la phénoménologie. Nous serons, ensuite, amenés à réarticuler quelques dimensions spécifiques de celle-ci en suivant à titre heuristique trois champs d’analyse de l’anthropologie de Ricoeur : la phénoménologie du vouloir, la sémantique de l’agir et l’herméneutique du soi. L’enjeu de la démarche sera de réfléchir sur la dimension constitutive de la condition humaine : la vulnérabilité.

Bibliographie :
J. Butler, Humain, inhumain. Le travail critique des normes, Paris, Amsterdam, 2005.
B. Groethuysen, Anthropologie philosophique, Gallimard, 1953.
G. le Blanc, Que faire de notre vulnérabilité ?, Bayard, 2011.
P. Ricoeur, Anthropologie philosophique, Écrits et conférences 3, Seuil, 2013.
P. Ricoeur, Soi-même comme un autre, « Points essais », n° 382, 1999.
C. Romano, Au coeur de la raison, la phénoménologie, Gallimard, 2010.

Ouvert sur autorisation du directeur de cycle, formulaire à demander au secrétariat.

Avec :

Étienne GANTY

Jésuite, docteur en philosophie de l’Université de Lille, professeur émérite de philosophie à l’Université de Namur, enseignant à l’Institut de philosophie de la Compagnie de Jésus en République dominicaine.

Voir son profil