Transhumanismes et perfection humaine : enjeux éthiques

#
Chargement Événements

En cherchant à améliorer le corps et l’esprit, les transhumanismes sont porteurs d’images implicites de la perfection humaine. ils rejoignent en cela la tradition philosophique de la perfectibilité humaine tout en s’en différenciant par le recours
à une ingénierie du corps (génétique, prothèses) et de l’esprit (neuropharmacologie, génétique, stimulation électrique ou magnétique, intelligence artificielle).
Ce cours présentera les principales formes de transhumanisme des années 1950 à aujourd’hui et leurs représentations sous-jacentes de l’être humain et de sa perfection. Du transhumanisme libéral anglo-américain au transhumanisme chrétien en passant par le transhumanisme technoprogressiste soucieux du lien social, les différences sont
immenses et soulignent la nécessité de critères éthiques pour en évaluer les bénéfices et les risques. Comment préciser aujourd’hui les contours de la perfection humaine au regard des traditions philosophique et théologique ? Quels aspects de l’être humain sont mis en valeur par les transhumanismes ou au contraire occultés ? À l’heure des robots de plus en plus perfectionnés, que veut dire devenir humain et le rester

Bibliographie :

  • J.-M. Besnier, Demain, les posthumains – Le futur a-t-il encore besoin de nous ?, Paris,
    Hachette, 2009
  • G. Hottois, J.-N. Missa et L. Perbal (dir.), Encyclopédie du trans/posthumanisme, Paris, Vrin,
    2015
  • N. Le Dévédec, La société de l’amélioration – La perfectibilité humaine des Lumières au
    transhumanisme, Montréal, Liber, 2015
  • M. Sandel, Contre la perfection – L’éthique à l’âge du génie génétique, Paris, Vrin, 2016.

ouvert à tous

Télécharger le tract
Avec :

Éric CHARMETANT

Jésuite, docteur en philosophie (Paris I-Panthéon Sorbonne), master en théologie, ingénieur ENSTA – ParisTech, maître de conférences en philosophie. Membre du comité de rédaction de la revue Laennec depuis 2005. Membre du comité de rédaction des Archives de philosophie depuis 2017. Membre du comité scientifique de la Revista Portuguesa de Filosofia.

Voir son profil