Teilhard de Chardin au défi du transhumanisme

#
Chargement Événements

Le transhumanisme, qui prétend produire demain l’homme 2.0, représente un courant de pensée très ancré en Amérique du Nord qui peu à peu se répand en Europe et séduit les milieux technologiques, scientifiques, voire philosophiques. Le transhumanisme veut dire adieu à la « nature » de l’homme et entend pouvoir trouver les moyens de la dépasser. L’homme peut être envisagé comme augmenté, amélioré dans ses performances voire dépassé en une «transhumanité» , capable d’outrepasser ses limites , y compris celles de sa propre mort. Les transhumanismes (car il y a une grande diversité dans le mouvement qui s’en réclame) offrent une réponse -en réalité biaisée- au nihilisme, c’est-à-dire au vide laissé par l’effondrement des grandes religions métaphysiques et idéologiques modernes.
Pierre Teilhard de Chardin très inséré dans les milieux scientifiques de son époque, a assisté avec une certaine curiosité à la naissance des premières prétentions transhumanistes. Du coup aujourd’hui certains le revendiquent pour leur . En réalité, ils commettent un contresens .Pour conjurer la menace transhumaniste, il convient justement de revenir à Teilhard pour développer une analyse résolument critique et comprendre comment , pour Teilhard, l’énergie spirituelle qui seule anime le mouvement même de l’humanité vers son accomplissement , peut nous faire parvenir à un achèvement dont le terme est Celui qui vient d’au-delà de l’humain, le Christ total.

Bibliographie :
P. Teilhard de Chardin, Le Phénomène humain, Seuil, 1956.
P. Teilhard de Chardin, L’avenir de l’homme, Seuil, 1959.
P. Teilhard de Chardin, L’activation de l’énergie, Seuil, 1963.
P. Teilhard de Chardin, Comment je crois, Seuil, 1969.
X. Dijon, Que penser de ? Le transhumanisme, Lessius Fidélité, 2017
T. Magnin, Penser l’humain au temps de l’homme augmenté, Albin Michel, 2017.
J. Habermas, L’avenir de la nature humaine, vers un eugénisme libéral, Gallimard, 2002.
G. Anders, L’obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle (1956), éd Ivrea , 2002.

e transhumanisme, qui prétend produire demain l’homme 2.0, représente un courant de pensée très ancré en Amérique du Nord qui peu à peu se répand en
Europe et séduit les milieux technologiques, scientifiques, voire philosophiques.
Le transhumanisme veut dire adieu à la « nature » de l’homme et entend pouvoir trouver les moyens de la dépasser. L’homme peut être envisagé comme augmenté,
amélioré dans ses performances voire dépassé en une «transhumanité» , capable d’outrepasser ses limites , y compris celles de sa propre mort. Les transhumanismes
(car il y a une grande diversité dans le mouvement qui s’en réclame) offrent une réponse -en réalité biaisée- au nihilisme, c’est-à-dire au vide laissé par l’effondrement des grandes religions métaphysiques et idéologiques modernes.
Pierre Teilhard de Chardin très inséré dans les milieux scientifiques de son époque, a assisté avec une certaine curiosité à la naissance des premières prétentions
transhumanistes. Du coup aujourd’hui certains le revendiquent pour leur . En réalité, ils commettent un contresens .Pour conjurer la menace transhumaniste, il convient justement de revenir à Teilhard pour développer une analyse résolument critique et comprendre comment , pour Teilhard, l’énergie spirituelle qui seule anime le mouvement même de l’humanité vers son accomplissement , peut nous faire parvenir à un achèvement dont le terme est Celui qui vient d’au-delà de l’humain, le Christ total.

Bibliographie :

  • P. Teilhard de Chardin, Le Phénomène humain, Seuil, 1956.
  • P. Teilhard de Chardin, L’avenir de l’homme, Seuil, 1959.
  • P. Teilhard de Chardin, L’activation de l’énergie, Seuil, 1963.
  • P. Teilhard de Chardin, Comment je crois, Seuil, 1969.
  • X. Dijon, Que penser de ? Le transhumanisme, Lessius Fidélité, 2017
  • T. Magnin, Penser l’humain au temps de l’homme augmenté, Albin Michel, 2017.
  • J. Habermas, L’avenir de la nature humaine, vers un eugénisme libéral, Gallimard, 2002.
  • G. Anders, L’obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution
    industrielle (1956), éd Ivrea , 2002.

Teilhard de Chardin au défi du transhumanisme

Photo ©DR

Ouvert à tous.

Avec :

Marie-Jeanne COUTAGNE

Agrégée de philosophie, docteur en philosophie (Université catholique de Lyon), chercheur associé à l’Université catholique de Lyon, responsable du Centre Maurice-Blondel (Aix-en-Provence), présidente de l’Association des Amis de Maurice Blondel, secrétaire générale chargée du fonds documentaire à la Fondation Teilhard de Chardin.

Voir son profil