Soins et « prendre soin » à l’épreuve d’une crise sanitaire

Chargement Événements

L’épidémie de Covid-19 a soumis à rude épreuve notre système de santé et bien des professionnels qui, au risque de leur vie, ont prodigué leurs soins dans des conditions difficiles. Le régime de l’urgence a conduit à déployer des trésors d’ingéniosité et à faire des choix, parfois tragiques. Il s’agissait de parer au plus pressé, sans oublier les exigences d’humanité. Une telle crise sanitaire suscite évidemment bien des interrogations, Elle peut devenir l’occasion d’une profonde transformation, individuelle et collective, dans le domaine sanitaire et au-delà.
Une fois passé ce temps de l’urgence, il importe de repenser la médecine des temps ordinaires. L’épidémie a confirmé la nécessité d’une grande vigilance en matière de santé publique, et du maintien de l’effort de recherche. En se laissant guider par les exigences de l’équité. L’épreuve nous a rappelé la vulnérabilité inhérente à l’être humain. Or, nombreuses sont les personnes particulièrement vulnérables qui ont besoin de « soins » d’une technicité réduite, mais plus encore d’un « soin » attentif auquel notre système de santé devrait accorder plus qu’aujourd’hui une place importante et les ressources indispensables
D’une manière générale, la crise que nous avons connue devrait nous amener à redécouvrir, si nécessaire, et à revaloriser l’acte de soigner, de « prendre soin » d’une personne malade ou dépendante. C’est un point d’insistance de l’éthique du care née aux Etats-Unis il y a 40 ans, mais aussi de la réflexion philosophique et éthique menée en Europe occidentale sur la maladie et la médecine depuis trois quarts de siècle, avant d’être développée en France depuis une quinzaine d’années. La journée cherchera à y introduire, en présentant les études conduites sur l’expérience humaine de la maladie, l’acte médical et la participation du malade à la décision, le soutien nécessaire du patient tout au long de son traitement et ce que peut être la guérison au sortir d’une maladie grave. Cela fera apparaître l’Importance capitale de l’établissement d’une relation fondée sur une confiance mutuelle qui permette de faire alliance contre la maladie.

Bibliographie
Lazare Benaroyo et al. (dir.), La philosophie du soin. Ethique, médecine et société, PUF, 2010.
Agata Zielinski, « L’éthique du care, une nouvelle façon de prendre soin », Etudes, décembre 2010, p. 631-641.
Prendre soin, « Essentiel » de la revue Etudes, à paraître en septembre 2020.

Samedi 9h30-12h30 et 14h-17h

Ouvert à tous.

Avec :

Patrick VERSPIEREN

Jésuite, Maître-assistant émérite en philosophie morale, membre du département Éthique biomédicale.

Voir son profil