Rendre la justice, un acte politique et social de plus en plus complexe

#
Chargement Événements

« Rendre la justice » (l’expression elle-même mérite d’être examinée de près) est une nécessité pour toute société. C’est un acte structuré dès l’antiquité autour de la notion de loi et de juge. Il s’inscrit toujours au plus près des forces politiques et sociales de chaque époque. Exercice régalien par excellence, le droit de punir s’adosse à la transcendance disponible : divine, puis purement politique. C’est un grand moment lorsque, dans Les Euménides Eschyle fait dire à Athéna que juger le parricide Oreste est une affaire trop sérieuse pour les hommes, mais aussi pour les dieux et que dès lors elle va « désigner un jury criminel, assermenté, et [que] l’institution [qu’elle va] fonder là se perpétuera à jamais. » Les dieux eux-mêmes confient aux hommes le droit de juger. Au fond, rien n’a changé, l’État représentant la Toute-Puissance déléguant aux magistrats le pouvoir de juger. Seulement la puissance symbolique de l’État s’est singulièrement érodée, et s’il y a une transcendance dans nos sociétés elle est diffuse, dissimulée, comme immanente à l’opinion publique.
Cette situation est inédite, dangereuse, affectant toute la sphère judiciaire du législateur aux réseaux sociaux qui répercutent la manière dont les décisions de justice sont reçues et interprétées. Mais elle est aussi source de conceptions neuves qui se cherchent encore, comme la justice restaurative.

Rendre la justice, un acte politique et social de plus en plus complexe

Bibliographie :

  • M. Foucault, Surveiller et punir, « Tel », Gallimard.
  • A. Garapon, Et ce sera justice, éditions O. Jacob.
  • A. Lécu, La prison un lieu de soin, Les Belles Lettres.
  • D. Salas, La Volonté de punir, Fayard.
  • D.Fassin, Punir, une passion contemporaine, Seuil.
  • H. Zehr, La justice restaurative, Labor et Fides.

Photo ©DR

Ouvert à tous.

Avec :

Alain CUGNO

Docteur d’État ès lettres et sciences humaines, agrégé de philosophie, ancien élève de l’ENS (Saint-Cloud), ancien professeur de khâgne au lycée Lakanal, enseignant associé à la Faculté de philosophie.

Voir son profil