Penser avec René Girard

Chargement Événements

La pensée de René Girard a renouvelé l’anthropologie religieuse et irrigué de vastes domaines des sciences humaines et sociales, sans oublier la théologie. Malgré sa relative marginalité dans le monde intellectuel français, plusieurs de ses idées ont pénétré la conscience collective et laissé leur marque dans le langage courant. Grâce à Girard, nous comprenons que nos désirs imitent ceux des autres et que de là naissent les rivalités et la violence. Mais c’est la métaphore biblique du bouc émissaire qui résume le mieux son apport. Il est banal de constater que les groupes humains ont tendance à construire leur unité sur le dos d’un tiers, mais nous savons désormais grâce à Girard que cette mécanique de la stigmatisation est constitutive d’une sorte de péché originel de la civilisation. Grâce à lui également, nous comprenons que cette logique victimaire a quelque chose à voir avec les sacrifices rituels, et donc avec le sacré et la religion.

Girard, enfin, a aidé les chrétiens à voir la Passion du Christ comme un dévoilement et l’amorce d’un dépassement de cette logique victimaire, un lynchage qui récapitule tous les meurtres et toutes les exclusions, raconté du point de vue d’une victime divine ressuscitée pour devenir le principe d’une nouvelle unité. L’exégèse girardienne souligne avec un relief nouveau l’unité des Évangiles, le sens et la nécessité de la Passion comme parachèvement et mise en acte de l’annonce d’un Royaume de pardon et de paix. Mais la tâche demeure d’intégrer cet apport, qui semble à première vue susceptible de nourrir une critique radicale du religieux en tant qu’il reste l’héritier du sacré archaïque, dans une théologie du Salut et de l’Église. La théologie d’inspiration girardienne, très active notamment dans le monde anglophone, a commencé de relever ce défi.

L’objectif du cours est d’évaluer les apports de René Girard et la réception de sa pensée dans différents domaines disciplinaires, de l’économie à la théologie, sans occulter les problèmes épistémologiques qu’elle soulève, à commencer par celui résultant de l’interpénétration de l’anthropologie et de la théologie. En écho à l’actualité, on montrera que la pensée de Girard fournit un outil indispensable pour affronter la question très actuelle du rapport entre la religion et la violence. On s’appuiera sur des textes dont la lecture est vivement recommandée pour tirer pleinement parti du cours.

Bibliographie

Ouvrages de René Girard, dont (par ordre de priorité) :

· Des choses cachées depuis la fondation du monde, Grasset, 1978, le livre de poche 2015
· La violence et le sacré, Grasset, 1972
· Mensonge romantique et vérité romanesque, Grasset, 1961 ; rééd. « Pluriel »

Autres :
· Bernard Perret, Penser la foi chrétienne après René Girard, Ad Solem 2018
· James Alison, Douze leçons sur le christianisme, Desclée de Brouwer 2015
· Benoît Chantre, Les derniers jours de Réné Girard, Grasset 2017

Ouvert à tous.

Avec :

Bernard PERRET

Essayiste et consultant. Économiste et ingénieur de formation, il a exercé diverses fonctions dans l'administration jusqu'en 2016, notamment à l'inspection générale du ministère de l'écologie.

Voir son profil