Lutter contre les souffrance, jusqu’où ? Discours, pratiques, éthique, actualité juridique

Chargement Événements

Il y a 50 ans, et même 30 ans en France, les résistances médicales à l’emploi des antalgiques majeurs étaient encore si fortes que bien des douleurs intenses étaient considérées comme sans remède. Depuis lors, même s’ils restent insuffisants, de grands progrès ont été obtenus.

Pour les historiens, une énigme subsiste. Pourquoi ce retard dans le domaine de l’analgésie ? Le travail de la Journée commencera par de rapides rappels historiques.
Une attention particulière sera portée à la personnalité et à l’œuvre des deux pionniers d’une médecine de la douleur, John Bonica, dans le domaine des douleurs chroniques rebelles, et Cicely Saunders, dans l’apaisement des souffrances de la fin de vie. L’évolution des sociétés occidentales fait désormais de la souffrance le principal ennemi de la personne humaine ; toute souffrance devrait donc être éradiquée, à tout prix.

La réflexion éthique doit désormais chercher un équilibre, inciter à l’apaisement des souffrances, et spécialement de la douleur, fût-ce au prix de risques proportionnés, mais montrer aussi les limites de ce qui peut être attendu de la médecine, et l’importance d’une relation maintenue avec la personne qui souffre et de la participation de la personne elle-même à la gestion de sa souffrance. Se pose tout particulièrement la question du recours à une sédation profonde. La législation française pose le principe d’un droit à une telle sédation, dans des limites qui seront soumises à un examen critique.

Il est fréquemment dit que les résistances historiques au développement de l’analgésie étaient dues à une valorisation de la souffrance par l’Église catholique. Du temps sera consacré dans la Journée à un regard rétrospectif sur les attitudes des chrétiens face à la souffrance, de soi ou d’autrui, sur les discours théologiques qui ont été tenus, et sur les
prises de position de l’Église catholique depuis 60 ans sur les traitements antalgiques et sur la sédation.

Contrairement à ce qui avait été primitivement annoncé, cette Journée sera animée par Patrick Verspieren, s.j

ouvert à tous

Télécharger le tract du cours : Lutter contre souffrance
Avec :

Patrick VERSPIEREN

Jésuite, enseignant en philosophie morale, membre du Groupe de travail sur l’éthique dans la recherche et la médecine de la Commission des épiscopats de la Communauté européenne, membre du département Éthique biomédicale.

Voir son profil