L’utopie, futur et/ou impossible ?

#
Chargement Événements

Le plus souvent associée aux notions de rêve ou d’idéal ne tenant pas compte de la réalité, l’utopie semble être un concept d’abord connoté négativement. N’a-t-elle pas, pourtant, un ancrage très concret par l’ouverture critique qu’elle permet ? Et si une telle ouverture lui est inhérente, en quoi réside-t-elle plus spécifiquement ? Plutôt que de désigner une représentation pouvant hypothétiquement se réaliser dans le futur, l’utopie ne se caractérise-t-elle pas avant tout par une dimension – une virtualité – qui affecte notre présent ? Ne convient-il pas d’ailleurs – comme nous y invite un auteur comme Karl Mannheim – de distinguer plusieurs types d’utopies qui caractériseraient autant d’approches possibles de la structuration temporelle de la conscience – et au-delà les différentes façons d’articuler le temps historique ? Enfin, avons-nous besoin d’un tel concept ou doit-on/peut-on s’en passer ?

Par Sébastien LAOUREUX, Professeur à l’Université de Namur.

Écouter la conférence

Télécharger le tract

Photo : détail du tableau de Paul Klee « Angelus novus, 1920 »

 

Ouvert à tous

Avec :

Isabelle BOCHET

Membre de la communauté apostolique Saint-François-Xavier, titulaire d’une maîtrise en théologie, agrégée de philosophie, docteur de 3e cycle en philosophie, HDR, professeur et doyen de la Faculté de philosophie, chercheur au CNRS (Laboratoire d’Études sur les Monothéismes), membre du comité scientifique de la Bibliothèque Augustinienne, du comité de lecture de la Revue d’Études Augustiniennes et Patristiques, du comité d’édition de l’Augustinus-Lexikon, du comité de rédaction des Archives de philosophie.

Voir son profil