L’Iliade et L’Odyssée d’Homère

#
Chargement Événements

Myriam Canolle-Cournarie est professeur de Lettres classiques à l’Institut de La Tour à Paris. Elle organise régulièrement, avec ses élèves, des week-ends littéraires et des voyages culturels en Grèce. Mère de trois enfants, elle a publié des histoires pour enfants chez Bayard Presse. Elle a aussi rédigé des cours de littérature sur les œuvres au programme des terminales littéraires pour le CNED et publié des ouvrages parascolaires chez Belin, Hatier, Hachette et Ellipses.

Présentation de l’enseignement :
Les premiers cours présenteront ces deux épopées homériques, composées par différents aèdes, poètes itinérants, transmises oralement pendant deux siècles et considérées par les Grecs de l’Antiquité comme inspirées. Il s’agit de mettre en valeur l’originalité de ces œuvres dans leur structure et leurs procédés narratifs.
Leur étude nécessite des connaissances sur certains grands personnages mythiques et la Guerre de Troie : au centre de l’épopée homérique, à la fois légende et réalité, première guerre totale, dont la valeur symbolique est d’une immense richesse et pérennité.
Les cours suivants seront centrés sur les trois héros épiques, ceux de L’Iliade, Hector et Achille, celui de L’Odyssée, Ulysse.
L’étude d’extraits mettra en valeur leur force et leur fragilité, la singularité et l’universalité des valeurs qu’ils représentent. Ces héros sont des modèles et points communs de référence d’un peuple qui se reconnaît en eux. Traversant les siècles et les frontières, ils restent une référence universelle.
L’Iliade fait l’éloge du courage et des vertus du héros guerrier, recherchant la gloire, selon l’idéal de la « belle mort ». Or, elle souligne aussi la violence de la guerre, ses ravages et ses deuils et la fragilité de l’homme. L’Iliade ne s’achève pas sur des chants de gloire mais sur des chants de deuil.
L’Odyssée se présente comme une épopée différente de L’Iliade. Son héros Ulysse, connu de tous, représente la nostalgie, l’endurance et l’intelligence (la métis pour les Grecs), aux yeux des Anciens comme des Modernes. Son errance et ses épreuves font de lui un symbole de l’humanité en quête d’elle-même, au cœur d’une nature à la fois hostile et d’une beauté qui émerveille. Ces thèmes posent la question de la relation entre l’homme et les dieux, à l’intérieur de différents mondes, connus et inconnus, aussi bien le monde des hommes que celui des dieux, des rêves et de la mort.
Quelles que soient leurs différences, ces deux épopées posent la question de l’identité de l’homme d’hier et d’aujourd’hui.

Bibliographie
Homère L’Iliade Traduction, P. Mazon, Les Belles Lettres, 1937-1938 (rééd. Gallimard, « Folio », 1975) ; L’Odyssée Trad. Ph. Jaccottet, Paris, Club français du Livre, 1955 (rééd. Paris, La Découverte, 2016)
S. Weil, L’Iliade ou le poème de la force, Les Cahiers du Sud, 1947(rééd. Payot et Rivages, 2014)
I. finley, Le Monde d’Ulysse, Maspero, Paris, 1978.
J. de Romilly, Homère PUF (Que Sais-je) 1985
J.-P. Vernant, L’Individu, la mort, l’amour, Gallimard, Folio-Essais, 1989
P. Citati La Pensée chatoyante : Ulysse et l’Odyssée, Gallimard/L’Arpenteur, 2004
D. A. Mendelsohn. Une Odyssée : Un père, un fils, une épopée, Flammarion 2017

Myriam Canolle-Cournarie est professeur de Lettres classiques à l’Institut de La Tour à Paris. Elle organise régulièrement, avec ses élèves, des week-ends littéraires et des voyages culturels en Grèce. Mère de trois enfants, elle a publié des histoires pour enfants chez Bayard Presse. Elle a aussi rédigé des cours de littérature sur les œuvres au programme des terminales littéraires pour le CNED et publié des ouvrages parascolaires chez Belin, Hatier, Hachette et Ellipses.

Présentation de l’enseignement :
Les premiers cours présenteront ces deux épopées homériques, composées par différents aèdes, poètes itinérants, transmises oralement pendant deux siècles et considérées par les Grecs de l’Antiquité comme inspirées. Il s’agit de mettre en valeur l’originalité de ces œuvres dans leur structure et leurs procédés narratifs.
Leur étude nécessite des connaissances sur certains grands personnages mythiques et la Guerre de Troie : au centre de l’épopée homérique, à la fois légende et réalité, première guerre totale, dont la valeur symbolique est d’une immense richesse et pérennité.
Les cours suivants seront centrés sur les trois héros épiques, ceux de L’Iliade, Hector et Achille, celui de L’Odyssée, Ulysse.
L’étude d’extraits mettra en valeur leur force et leur fragilité, la singularité et l’universalité des valeurs qu’ils représentent. Ces héros sont des modèles et points communs de référence d’un peuple qui se reconnaît en eux. Traversant les siècles et les frontières, ils restent une référence universelle.
L’Iliade fait l’éloge du courage et des vertus du héros guerrier, recherchant la gloire, selon l’idéal de la « belle mort ». Or, elle souligne aussi la violence de la guerre, ses ravages et ses deuils et la fragilité de l’homme. L’Iliade ne s’achève pas sur des chants de gloire mais sur des chants de deuil.
L’Odyssée se présente comme une épopée différente de L’Iliade. Son héros Ulysse, connu de tous, représente la nostalgie, l’endurance et l’intelligence (la métis pour les Grecs), aux yeux des Anciens comme des Modernes. Son errance et ses épreuves font de lui un symbole de l’humanité en quête d’elle-même, au cœur d’une nature à la fois hostile et d’une beauté qui émerveille. Ces thèmes posent la question de la relation entre l’homme et les dieux, à l’intérieur de différents mondes, connus et inconnus, aussi bien le monde des hommes que celui des dieux, des rêves et de la mort.
Quelles que soient leurs différences, ces deux épopées posent la question de l’identité de l’homme d’hier et d’aujourd’hui.

Bibliographie

  • Homère L’Iliade Traduction, P. Mazon, Les Belles Lettres, 1937-1938 (rééd. Gallimard, « Folio », 1975) ; L’Odyssée Trad. Ph. Jaccottet, Paris, Club français du Livre, 1955 (rééd. Paris, La Découverte, 2016)
  • S. Weil, L’Iliade ou le poème de la force, Les Cahiers du Sud, 1947(rééd. Payot et Rivages, 2014)
  • I. finley, Le Monde d’Ulysse, Maspero, Paris, 1978.
  • J. de Romilly, Homère PUF (Que Sais-je) 1985
  • J.-P. Vernant, L’Individu, la mort, l’amour, Gallimard, Folio-Essais, 1989
  • P. Citati La Pensée chatoyante : Ulysse et l’Odyssée, Gallimard/L’Arpenteur, 2004
  • D. A. Mendelsohn. Une Odyssée : Un père, un fils, une épopée, Flammarion 2017

Ouvert à tous.