Les persécutions des chrétiens aux trois premiers siècles:approches politique, anthropologique et ecclésiologique.

Chargement Événements

La persécution de chrétiens dans l’empire romain durant les trois premiers siècles n’a pas toujours été constante, ni systématiques, mais circonstancielles. Elle recouvre une variété d’actions et de comportements (1). L’interdit légal, régime d’exception du christianisme, et la nature de l’opposition entre le polythéisme pragmatique et le monothéisme chrétien (2). Les lobbys antichrétiens et la question du rapport du christianisme à la société gréco-romaine (3). L’ « invention du martyre » au début du IIe s.: expression de l’anthropologie chrétienne, phénomène de société ? (4). Le tournant de 250 : quand la pratique religieuse devient un devoir civique (5). Le phénomène des schismes et la question des lapsi : l’alternative entre Petite ou Grande Eglise (6). Les premiers édit de tolérance (311-313) : la liberté religieuse définie comme liberté de conviction et droit de la personne est une invention chrétienne (7). En conclusion, les moments ou les périodes de persécution ont été des temps forts de l’identification chrétienne en remettant en cause l’organisation et l’unité interne des Eglises et en ouvrant une réflexion sur l’anthropologie chrétienne, qui a creusé la distinction entre chrétiens et juifs.

Bibliographie
M.-F. Baslez, Les persécutions dans l’Antiquité. Victimes, héros, martyrs, Paris, Fayard, 2008.
G. Bowersock, Rome et le martyre, trad. fr., Paris, Champs Flammarion, 2006.
D. Boyarin, Mourir pour Dieu. L’invention du martyre, trad. fr., Bayard, 2006.
P. Maraval, Les Actes des martyrs chrétiens, Paris, Cerf, 2010.
M.-F. Baslez, Comment les chrétiens sont devenus catholiques, Paris, Tallandier, 2019 (pour une approche phénoménologique des schismes).

Ouvert à tous.

Avec :

Marie-Françoise BASLEZ

Docteur d’État en histoire, professeur d’histoire des religions à l’Université Paris IV-Sorbonne.

Voir son profil