Le discernement des cas de conscience dans la tradition chrétienne : Histoire et actualié

Chargement Événements

Le discernement des cas de conscience et la prise en compte des situations singu­lières fait partie de la longue tradition de la théologie morale. La réflexion et la vie morales ne se réduisent pas à l’élaboration des normes de l’agir et à l’obéissance à des lois. Pour essentielles, ces dernières sont toujours insuffisantes à prendre en compte toute la complexité de la vie et à résoudre les dilemmes moraux qui ne cessent de se présenter. C’est pourquoi, en complément de sa réflexion normative, la théologie morale a développé une tradition de sagesse pratique. L’objet de ce séminaire est d’examiner celle-ci dans ses méthodes, son histoire et son actua­lité. Une telle réflexion, qui s’enracine dans l’Écriture, la Patristique et la pensée du Moyen-Âge, a connu un moment historique singulier dans le développement de la « casuistique », en particulier sous l’impulsion des jésuites entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Cette étude des cas de conscience qui connut un immense succès et qui fut l’objet de violentes disputes entre probabilistes et rigoristes, avait pour visée d’aider les chrétiens confrontés à des situations inédites (développement du commerce, des échanges, découverte de nouveaux mondes …) à prendre des décisions justes dans un période d’incertitude et de renouveau. Critiquée, parfois à tort, pour son rationalisme et son juridisme, la casuistique tardive a été remplacée par une théologie morale plus enracinée dans la parole de Dieu et le mystère chré­tien. Mais l’étude des cas concrets demeure essentielle et elle connaît aujourd’hui un renouveau, par exemple dans les comités d’éthique biomédicale ou dans la réflexion sur l’usage raisonné de la force. Quant à l’exhortation du pape François Amoris Laetitia, elle nous invite à un « discernement personnel et pastoral » pour accompagner les situations familiales complexes. Depuis les premiers temps du christianisme, le discernement lie ensemble la dimension spirituelle et la dimen­sion morale de la vie chrétienne.

Bibliographie indicative
L. Vereecke, De Guillaume d’Ockham à St Alphonse de Liguori, Rome, S. Alfonsi (éd. 1986).
P. Hurtebise, La casuistique dans tous ses états. Novalis, Ottawa, 2005.
P. Valadier, Rigorisme contre liberté morale. «Les Provinciales » : actualité d’une polémique antijésuite, Namur, Lessius, 2013.
A. Jonsen et S. Toulmin, The Abuse of Casuistry. A History of Moral Reasoning, Berkeley, UCP, 1988.
Pape François, Exhortation post-synodale Amoris Laetitia¸ 2016.
S. Boarini, « Transhumance de la casuistique. Des théologiens moralistes aux comités d’éthique », Droits 59, 2014/1, n°59, pp. 183-200.

ouverts "sur autorisation" du directeur (il faut faire une demande écrite présentant ces motivation), formulaire à demander au secrétariat

Avec :

Alain THOMASSET

Jésuite, professeur de théologie morale, doyen de la Faculté de théologie du Centre Sèvres, directeur du 3e cycle de théologie. Docteur en théologie (Leuven), président de l’Association de théologiens pour l’étude de la morale (ATEM), collaborateur de la revue Recherches de Science Religieuse, Vice-président de la Fondation Jean Rodhain.

Voir son profil