Le Coran et la tradition biblique

#
Chargement Événements

Le thème des influences juives, chrétiennes ou autres sur le Coran n’est pas nouveau. On la trouve même déjà formulée dans le Coran lui-même (Q. 25, 4-5). Mais aujourd’hui, l’arrière-plan du message coranique est repris dans une perspective différente : non plus celle de l’emprunt, par nature passif, mais celle de l’intertextualité et donc une réception active, c’est-à-dire que les traditions antérieures sont intégrées, non sans inflexion, dans un message nouveau. On se demande donc maintenant davantage à qui le texte s’adresse plutôt que d’où il vient, et donc comment et pourquoi les traditions antérieures sont réinterprétées dans un dialogue avec les auditeurs du Coran pour dire quelque chose de neuf dans l’Arabie du VIIe siècle.
Le Prophète se trouve en effet face à un auditoire dont l’horizon culturel intégrait les multiples écritures de l’Antiquité tardive, celles qui ont également façonné l’Europe, circulant sous forme écrite ou orale. Avant d’être canonisé comme écriture sacrée musulmane, le Coran formait un corpus de textes composés, récités et transmis oralement, diversement entendus, réfutés par des contradicteurs ou, au contraire, reçus par des adeptes en train de devenir musulmans, et utilisés comme élément de culte par une communauté musulmane naissante. Le Coran est donc le fruit d’un dialogue avec une communauté en train de naître dans ce contexte à la fois particulier et en dialogue avec le monde son époque.
Dans ce cours (qui présuppose des connaissances de base sur le Coran tel que l’introduction de l’année dernière qui sera brièvement résumé au début du cours de cette année), nous lirons ce texte comme étant le fruit d’une relation dynamique entre le Prophète et une communauté musulmane émergente, dans un environnement exposé aux empires de l’époque, marqué par la tradition biblique, par la poésie arabe classique et de manière plus générale par la culture de l’antiquité tardive. Nous lirons quelques sourates en détail, en montrant comment et à quelle fin le Coran réinterprète ces traditions qui l’environnent pour dire quelque chose de neuf dans l’Arabie du VIIe siècle.
Nous lirons le Coran en français en utilisant la version de Denise Masson (il est demandé aux participants d’avoir leur exemplaire, éd. Folio ou Pléiade), tout en l’écoutant également quelquefois en arabe.

Ouvert à tous.

Avec :

Jean-Marc BALHAN

Jésuite, maîtrise en biologie, licence en islamologie. Curé de la paroisse d’Ankara et président de l’Union des Religieux de Turquie ; impliqué à différents niveaux dans le dialogue inter religieux en Turquie.

Voir son profil