L’Apocalypse de Jean

#
Chargement Événements

L’Apocalypse n’est pas un livre de catastrophes mais un livre d’espérance. Respecter pas à pas l’ordre des chapitres en convainc. La victoire du Christ sur le péché et sur la mort n’épargne pas aux croyants l’épreuve sous toutes ses formes, de la persécution violente à l’indifférence généralisée, parce que le serviteur n’est pas audessus du Maître. Le salut par la croix et la résurrection du Christ n’épargne pas le combat spirituel aux croyants qui leur permet d’être identifiés au Christ vivant dès à présent.

Le texte fait entrer dans cette expérience de foi, qui fait alterner visions positives et négatives, ponctuées d’acclamations liturgiques destinées à faire entrer dans univers visionnaire. L’articulation constante de la fin de la Révélation à son commencement, du Dernier au Premier, de l’Oméga à l’Alpha déploient les enjeux économiques et politiques de l’existence personnelle en société.

La Bible entière s’offre ainsi pour être accueillie comme Parole de Dieu vivante dans le Christ ressuscité.

Bibliographie :
J.-P. PRÉVOST, Pour lire l’Apocalypse, Ottawa-Paris, Novalis-Cerf, 2006.
P. PRIGENT, L’Apocalypse de saint Jean (Commentaire du Nouveau Testament ; 2e série, XIV), Lausanne-Paris, Delachaux et Niestlé, 2000².
Y. SIMOENS, Apocalypse de Jean. Apocalypse de Jésus Christ, Paris, Éditions Facultés jésuites de Paris, 2014².

Ouvert à tous.

L’Apocalypse de Jean
Avec :

Yves SIMOENS

Licence et doctorat en sciences bibliques à l’Institut Biblique de Rome de 1974 à 1979. Enseignement du Nouveau et de l’Ancien Testament à l’Institut d’Études Théologiques de Bruxelles de 1979à 1981, interrompu par la dernière année de formation, puis de 1982 à 1993 ; profession religieuse en 1983.

Voir son profil