La Sagesse personnifiée dans le judaïsme ancien et dans les premières christologies

Chargement Événements

La Bible hébraïque comporte deux livres où la sagesse est personnifiée, c’est-à-dire qu’elle se comporte comme une personne. Il s’agit de Jb 28 et Pr 8,22-31. Dans la Bible chrétienne, on trouve également Si 24, Ba 3,9-4,4 et Sg 7-9. En regardant du côté des pseudépigraphes de l’Ancien Testament, on observe une attestation dans l’Apocalypse d’Enoch (1 En 42). Et elle apparait même dans le Nouveau Testament (Lc 11,49-51)
Cette personnification pose question : Est-elle ancienne et témoin d’un temps où YHWH possédait une parèdre (i.e. une divinité féminine à ses côtés) ou bien date-t-elle de l’époque hellénistique étant alors une réponse aux cultes d’Isis ou bien à la philosophie grecque.
D’autre part, quelle est la fonction de cette personnification dans les textes bibliques, et dans la vie religieuse juive. En particulier quel est son rapport à la Torah ? au Temple ? au monothéisme ? Quelle influence cette personnification a-t-elle eue sur les premiers chrétiens pour comprendre le mystère de Jésus-Christ ? Ainsi, c’est la Sagesse qui est le dénominateur commun entre Jean-Baptiste et Jésus (Lc 7,33-35). D’autre part, le logos du Prologue de Jean ou bien le Fils, connu du seul Père, n’ont-ils pas dans les évangiles le même rapport à Dieu que la Sagesse personnifiée ? Certaines paroles de Jésus (cf. Lc 11,28-30) ne sont-elles pas le signe que Jésus est présenté comme la Sagesse personnifiée. Dans ce cas la christologie dite « haute » ne serait pas aussi récente qu’on le pense mais pourrait remonter aux tout premiers temps du christianime. D’autre part, la thèse récente de Boyarin fait de la Sagesse personifiée le point d’achoppement provoquant la réelle division entre Juifs et chrétiens.

Le but de ce séminaire sera de faire le point sur ces problèmes. Après une première séance introductive, chaque séance sera animée par un étudiant et suivi d’un débat et d’une récapitulation par l’enseignant.

Bibliographie sommaire
P.-E. Bonnard, « De la Sagesse personnifiée dans l’Ancien Testament à la Sagesse en personne dans le Nouveau, in La Sagesse de l’Ancien Testament, édité par M. Gilbert, seconde édition, BETL 51, (Leuven : Leuven PU, 1990), p. 117-149.
D. Boyarin, La Partition du judaïsme et du christianisme, Patrimoines judaïsme, Paris : Cerf, 2011.
J.M. Robinson, « Jesus as Sophos and Sophia : Wisdom Tradition and the Gospels », in The Sayings Gospel Q, édité par C. Heil et J. Verheyden, BETL 189, (Louvain: Peeters, 2005), p. 119-130.
M. Leuenberger, « Die personifizierte Weisheit vorweltlichen Ursprungs von Hi 28 to Joh 1 : Ein traditiongeschichtlicher Strang zwischen den Testamenten », ZAW 120 (2008), 366-386.

Ouvert sur autorisation du directeur de cycle, formulaire à demander au secrétariat.

Avec :

Patrick POUCHELLE

Maître de conférences en exégèse biblique, docteur en théologie catholique de l’Université de Strasbourg, secrétaire de l’équipe éditoriale du Historical and Theological Lexicon of the Septuagint.

Voir son profil