La relation de soin. Trois approches éthiques

Chargement Événements

En 1979 paraissait la première édition de l’ouvrage de Tom L. Beauchamp et James F. Childress, Principles of Biomedical Ethics. Autonomie, non-malfaisance, bienfaisance, justice, ces quatre « principes » y étaient présentés comme suffisants pour guider la réflexion éthique sur les multiples questions posées par la médecine et les innovations biomédicales. La simplicité apparente du modèle proposé facilita grandement son accueil dans différentes cultures, jusque dans l’Est de l’Asie, y compris en Chine. En Europe, la problématique adoptée parut, aux yeux de bien des observateurs, sonner le glas de l’éthique médicale européenne, qualifiée de « paternaliste ».

Presque simultanément, en1982, paraissait un autre ouvrage, qui, lui aussi, obtenait un vif succès, In a Different Voice, de Carol Gilligan, traduit en français sous le titre : Une voix différente. Pour une éthique du care. L’auteure y développait, à propos de la démarche morale, une vision radicalement différente du “principlism” de Beauchamp et Childress. Elle invitait à l’attention aux besoins et à la souffrance d’autrui, à la prise en charge des personnes vulnérables. Alliant sollicitude et soin, une telle « éthique du care », issue au départ de perspectives féministes, reposait sur un sentiment très fort de responsabilité à l’égard d’autrui.

Plus ou moins indépendamment de ce courant, depuis une vingtaine d’années l’acte de soin fait en France l’objet d’une réflexion philosophique renouvelée, prenant appui sur la tradition européenne d’éthique médicale et les anthropologies de la maladie et de la médecine de Viktor von Weizsäcker et de Georges Canguilhem, puis de Paul Ricœur. On en trouve une bonne expression dans l’ouvrage collectif La philosophie du soin.

Une partie importante de la journée sera consacrée à la présentation de ces trois courants. L’étude de leur évolution permettra de constater que se fait jour une certaine convergence. Cela aidera à dépasser les simplismes réducteurs, à bénéficier de l’apport de chacune de ces approches, à redécouvrir la richesse de la tradition européenne, et à approfondir ainsi notre conception de la relation de soin.

Bibliographie introductive

Hubert DOUCET, L’éthique clinique, Pour une approche relationnelle dans les soins, Les Presses de l’libelle_universite de Montréal, 2014.
Patrick VERSPIEREN, Marie-Sylvie RICHARD (dir.), Grandeur et leurres de l’autonomie. Pour une prise en compte de la vulnérabilité, Médiasèvres n° 156, 2010.
Fabienne BRUGERE, L’éthique du « care », PUF, coll. Que sais-je ?, 2011.
Lazare BENAROYO et alii, (dir.), La philosophie du soin, PUF, 2010.

Ouvert à tous.

Avec :

Patrick VERSPIEREN

Jésuite, Maître-assistant émérite en philosophie morale, membre du département Éthique biomédicale.

Voir son profil