La prière juive d’espèrance et le Notre Père de Jésus

Chargement Événements

Du 19 octobre au 21 décembre, sauf les 9 et 30 novembre

La prière exprime la foi du croyant devant Dieu, elle est reconnaissance, elle est requête, elle est espérance aussi. Elle peut être dite en communauté ou en solitude, dans l’intimité de son coeur. Autant pour le judaïsme que pour le christianisme elle constitue un pilier du culte.

La prière s’exprimant en mots elle égrène des idées de la foi, c’est le cas en particulier de la prière nommée Kaddich, trop souvent, à tort, assimilée à la prière pour les morts, alors qu’elle est sanctification du grand nom de Dieu.

Cette prière du Kaddich s’inaugure presque comme le Notre Père, la prière de Jésus, puis les deux prières se séparent comme les deux bras d’un fleuve.

Au cours de nos rencontres, nous approfondirons les points communs et les spécificités de chacune des prières, quelles idées sont véhiculées ici et là ? Quelles conceptions de Dieu, du monde, de l’autre sont exprimées ? En quoi sont-elles structurantes de la foi juive et de la foi chrétienne ?

ouvert à tous

Télécharger le tract
Avec :

Philippe HADDAD

A été rabbin à Marseille, Nîmes, Les Ulis et actuellement rue Copernic, diplômé du Séminaire Israélite de France, auteur de plusieurs ouvrages dont Pour expliquer le judaïsme à mes amis, In press, Quand Jésus parlait à Israël, Avinou chébachamayim, lecture juive du Notre Père, Disciples de Jésus, lecture juive du Sermon sur la Montagne, La Torah, Eyrolles.

Voir son profil