La Phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty

#
Chargement Événements

La Phénoménologie de la perception (1945) est la seconde thèse d’État de Maurice Merleau-Ponty, qu’il présente après ses travaux sur La structure du comportement (1942). Dans cette oeuvre majeure, il renouvelle la réflexion sur les rapports du
sujet et du monde et leur corrélation, par-delà le dualisme de la science et l’idéalisme de la phénoménologie (Husserl) : il renverse les préjugés classiques de fondation et révèle que notre rapport originaire à soi-même et au monde est essentiellement de perception (sentir) avant d’être de réflexion (penser).

Le cours présentera successivement les trois moments de l’oeuvre : Maurice Merleau-Ponty veut d’abord nous permettre de réapprendre à sentir notre corps, de nous le réapproprier et de le comprendre désormais comme « expression de l’existence » et « pouvoir de signification ». Puis il veut réveiller notre expérience du monde tel qu’il nous apparaît en tant que nous sommes au monde et percevons le monde par notre corps, comme « champ de significations » et « horizon de sens d’une vie ». Enfin, cette réappropriation du corps et ce réveil de l’expérience du monde engagent, à leur tour, un besoin d’expliciter et de comprendre à nouveau la nature de leur corrélation qui est de co-existence et de co-naissance : le sujet se redéfinit comme « l’être-au-monde » tandis que le monde devient « l’être-pour-soi ». L’enjeu de cette redécouverte de l’expérience originaire du « sentir » est de retrouver la sensation en-deçà de l’intellection, pour replacer en elle l’attitude réflexive comme à sa source et faire apparaître la réflexion comme une des possibilités de notre être.

Ce sont ainsi une anthropologie, une ontologie et une éthique qui se dessinent à la faveur d’un sujet incarné, situé et en relation, qui se redéfinit dans une compréhension renouvelée de la subjectivité, de la temporalité et de la liberté. Enfin, nous mettrons cette oeuvre en perspective de deux ouvrages posthumes de Merleau-Ponty, La prose du monde (1969) et Le visible et l’invisible (1964), qui l’approfondissent et l’interrogent.

Bibliographie :

  • M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Gallimard, Paris, 1945
  • M. Merleau-Ponty, La structure du comportement, PUF, Paris, 1942
  • M. Merleau-Ponty, La prose du monde, Gallimard, Paris, 1969.
  • M. Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, Gallimard, Paris, 1964.

ouvert à tous

Télécharger le tract
Avec :

Clarisse PICARD

Doctorante en philosophie, maîtrise en philosophie, licence en théologie, diplômée d’école de commerce (IEA).

Voir son profil