Johann Baptist Metz : pertinence de la foi en post-modernité

Chargement Événements

En 1977, Metz publie La foi dans l’histoire et dans la société : une proposition vi­goureuse pour que l’Eglise témoigne du Christ dans des sociétés de confort et de routine tentées par l’oubli et l’apathie. Cet engagement est indissociable, pour lui, d’un devenir-sujets-solidaires face à Dieu, perspective dont on ne doit pas oublier la dimension politique. En 2006, il publie Memoria passionis qui reprend la même question trente ans plus tard, à l’heure de la mondialisation et de la crise écolo­gique. Il est amené à en accentuer la tension dramatique : ce qui est en jeu, pour Metz, c’est aussi l’avenir de l’humanité, qu’elle puisse faire entendre une voix (plu­rielle) et prononcer une parole vraie. Une clé pour lui réside dans un juste rapport à la souffrance. Celui-ci peut passer par le cri et une mystique du « mal à Dieu », mais il consiste surtout en compassion et accepte l’autorité de ceux qui sont frappés par le malheur. Telle est la « mémoire dangereuse et libératrice » que les chrétiens sont chargés de porter dans un monde qui risque de tourner en boucle sur lui-même.
Qu’apporte une telle perspective pour penser l’Église et le monde en ce début XXIe siècle ? C’est la question que nous nous poserons lors de ce séminaire.
Bibliographie :
J.-B. Metz, La foi dans l’histoire et dans la société. Essai de théologie fondamentale pra­tique, Cerf, Cogitatio Fidei, 1979 (1999).
J.-B. Metz, Memoria passionis. Un souvenir provocant dans une société pluraliste, Cerf, Cogitatio Fidei, 2009.
J.-B. Metz, Un temps pour les ordres religieux ? Mystique et politique à la suite de Jésus, Cerf, 1981.
P.-Y. Materne, La condition de disciple, Éthique et politique chez J.-B. Metz et S. Hauerwas, Cerf, Cogitatio Fidei, 2013.

Ouvert sur autorisation du directeur de cycle, formulaire à demander au secrétariat.

Avec :

Étienne GRIEU

Jésuite, docteur en théologie, agrégé de géographie, ancien élève de l’ENS (Fontenay-Saint-Cloud), professeur de théologie, président du Centre Sèvres.

Voir son profil