Jean Chrysostome : pasteur, exégète, théologien.

#
Chargement Événements

Le IVe siècle constitue une époque charnière dans l’histoire du christianisme : celui-ci devient la religion officielle de l’Empire romain et se structure dans sa doctrine, dans ses pratiques liturgiques et dans sa relation à l’État. Au cœur de ces évolutions, plusieurs générations d’évêques jouent un rôle de premier plan : pasteurs, théologiens et hommes politiques, ils recueillent l’héritage des temps apostoliques et de l’Église persécutée, et l’expriment dans de nouvelles formes sociales et culturelles. Ce faisant, ils façonnent pour une large part le christianisme tel que nous le connaissons : c’est en ce sens qu’ils sont considérés comme les « Pères » de l’Église.

Une figure particulièrement marquante de cet « âge d’or » est Jean Chrysostome (v. 349 – 407), prêtre d’Antioche puis archevêque de Constantinople. Rendu célèbre par sa prédication, il s’est engagé avec passion dans la tâche de former, jour après jour, l’intelligence et la conscience de ses fidèles. À travers les quelque huit cents homélies qui nous sont parvenues, nous le voyons ainsi s’attaquer aux inégalités sociales et à l’arrogance des plus riches, mais aussi exhorter ses auditeurs à manifester leur conversion dans leurs comportements quotidiens les plus concrets. Patiemment il leur explique l’Écriture sainte, verset par verset, et réalise sous la forme de commentaires homilétiques un travail exégétique monumental : la quasi-totalité des livres du Nouveau Testament sont ainsi interprétés, ainsi que plusieurs livres de l’Ancien.

Pasteur et exégète, Jean Chrysostome constitue enfin un théologien de premier plan, dont l’autorité est reconnue en Orient comme en Occident. Il souligne en particulier la philanthropie divine, c’est-à-dire la vision d’un Dieu plein d’amour pour l’humanité, et la condescendance divine : littéralement, la façon dont Dieu descend vers les êtres humains et s’adapte sans cesse à leur faiblesse. Toute l’Écriture, comme parole adressée par Dieu aux humains, et toute l’histoire du salut peuvent ainsi être comprises comme une suite d’efforts entrepris par Dieu pour se rendre accessible et sauver l’humanité.

Dans ce cours, nous aurons à cœur de présenter ce Père de l’Église dans son contexte historique et social ; de donner un aperçu de ses qualités d’exégète et de prédicateur ; et d’exposer les grands traits de sa doctrine théologique.

Télécharger le tract

Bibliographie :
Jean Chrysostome, Trop occupé pour t’occuper de ta vie ? Le guide au quotidien d’un Père de l’Église (textes choisis, présentés et traduits par Guillaume Bady), Paris, Cerf, 2015.
Brändle Rudolf, Jean Chrysostome : Saint Jean Bouche d’or, 349-407. Christianisme et politique au IVe siècle, Paris, Cerf, 2003.
Brottier Laurence, L’appel des « demi-chrétiens » à la « vie angélique » : Jean Chrysostome prédicateur entre idéal monastique et réalité mondaine, Paris, Cerf, 2005.
Kelly J. N. D., Golden Mouth: The Story of John Chrysostom – Ascetic, Preacher, Bishop, Ithaca, Cornell University Press, 1998.

Ouvert à tous.

Avec :
Molinié Pierre enseignant centresevres

Pierre MOLINIÉ

Jésuite, diplômé d’HEC, docteur en théologie patristique (Centre Sèvres) et en histoire du christianisme ancien (Paris-Sorbonne), maître-assistant au Centre Sèvres en théologie dogmatique et patristique.

Voir son profil