Introduction à la phénoménologie I

#
Chargement Événements

La phénoménologie, fondée par Edmund Husserl (1859-1938), est l’un des courants philosophiques majeurs du XXe siècle, spécialement en Europe où elle connaît une ample postérité. Pourtant, malgré l’originalité de sa fondation et la vitalité exceptionnelle de ses développements, certains prétendent que la phénoménologie aurait épuisé ses possibilités. Dès lors, pourquoi s’intéresser à la phénoménologie aujourd’hui? Que peut-elle encore apporter dans le contexte de notre rationalité technique?

Nous montrerons en quoi la phénoménologie est liée à la visée fondamentale de la philosophie depuis sa genèse grecque jusqu’à sa fondation husserlienne, puis comment elle s’est précisée, pour Husserl, dans un dialogue critique avec les mathématiques, la psychologie et la logique.

Nous étudierons ensuite le geste réflexif propre à la méditation phénoménologique selon une approche pragmatique, afin de nous l’approprier et de le ré-effectuer (Idées I).

Puis, nous le mettrons en pratique à l’épreuve de notre expérience du monde et d’autrui : nous expliciterons, à partir des descriptions de Husserl, comment se constitue pour nous le monde, selon trois « niveaux » distincts et pourtant liés entre eux, à savoir celui de la nature matérielle, de la nature animale, enfin, celui du monde de l’esprit, monde environnant commun investi d’une signification spirituelle (Idées II).

Dans l’horizon de cette constitution, nous nous intéresserons, enfin, aux analyses que Husserl propose de ce qu’il nommait en son temps une triple crise des sciences, de l’humanité et de la philosophie, et aux possibilités de la surmonter (La crise).

Ce faisant, nous nous demanderons : en quoi et jusqu’où ces analyses gardent-elles encore toute leur pertinence pour penser notre monde contemporain dans la perspective d’un monde commun et partagé?

Bibliographie :

  • E. Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie et une philosophie phénoménologique pures, Tome I : Introduction générale à la phénoménologie pure [1913], trad. P. Ricœur, Paris, Gallimard, coll. « tel », 1950; Tome II : Recherches phénoménologiques pour la constitution [1912-1918, publ. 1952], trad. E. Escoubas, Paris, Puf, coll. « Épiméthée », 1982.
  • E. Husserl, Méditations cartésiennes. Introduction à la phénoménologie [1929, pub. 1931], trad. G. Peiffer et E. Lévinas, J. Vrin, Paris, 1947.
  • E. Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale [1935-1937, publ. 1954], dont Annexe III : « La crise de l’humanité européenne et la philosophie [1935] », trad. G. Granel, Paris, Gallimard, coll. « tel », 1976.

Ouvert à tous.

Avec :

Clarisse PICARD

Maître de conférences en philosophie, docteur en philosophie, licence en théologie, diplômée d’école de commerce (IEA).

Voir son profil