Histoire du Christianisme : période moderne

Chargement Événements

Entre la crise moderniste (1907) et le concile Vatican II (1962-1965), l’Eglise est passée de l’hostilité à l’ouverture au monde présent, tandis que la diffusion mondiale du catholicisme posait à frais nouveaux la question de son universalité. En même temps, la sécularisation des sociétés occidentales n’a cessé de s’accentuer, au point que ce « processus par lequel des secteurs entiers de la société et de la culture sont soustraits à l’autorité des institutions et des symboles religieux » (Peter Berger) est aujourd’hui considéré par certains comme un acquis irréversible. L’enseignement s’efforcera de discerner les contradictions, mais aussi les options nouvelles engendrées par ces évolutions croisées.

Introduction « Histoire moderne ou genèse de la modernité » ?

Première partie L’ère des crises
I. La crise moderniste
II. La Première Guerre mondiale et ses conséquences
III. La nouvelle donne des relations Etat/religions : héritage théologico-politique, religion civile, laïcité

Deuxième partie L’ère des hésitations
I. Démocraties et totalitarismes
II. Agir dans la société
III. Théologies en mouvement

Troisième partie L’ère du renouveau
I. Entre Guerre froide et décolonisation
II. Vatican II
III. Sécularisation ou désécularisaton du monde ?

Bibliographie : les parties V et VI de l’ouvrage de John W. O’Malley, Une histoire des papes. De Pierre à François, Lessius, 2016, offrent une bonne synthèse introductive à cet enseignement. D’autres titres seront indiqués en cours.

Ouvert à tous.

Avec :

Michel HERMANS

Jésuite, archiviste de la Province Belgique Méridionale et Luxembourg, maître de conférence à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Namur, directeur de la collection « Au singulier » aux éd. Lessius. Poursuit des recherches sur l’histoire de la Compagnie de Jésus en Belgique.

Voir son profil