Herméneutique

Chargement Événements

Mercredi de 14h30 à 16h30
du 7 février au 9 mai

Avec la modernité, les sciences ont pris une place prépondérante dans nos existences. L’herméneutique dénonce cette hégémonie qui finit par nous couper du monde, et se présente comme la philosophie première, respectueuse de notre appartenance au monde. Gadamer et Ricoeur en sont les pionniers. Pour eux, nous accédons à la vérité et à la liberté non seulement ni d’abord par les sciences, mais dans un chemin de formation de soi qui commence par les arts et l’histoire.
Nous suivrons ce chemin dans lequel nous distinguerons trois étapes. La première étape consistera en la mise en tension de ces deux manières de nous rapporter au monde : selon les sciences et selon les arts. Dans l’antiquité grecque, cette tension est telle qu’elle interdit toute vision unifiée de l’herméneutique. Gadamer et Ricoeur relèvent le défi de présenter une herméneutique qui rend compte d’une expérience d’emblée unifiée, capable d’intégrer ces deux rapports.
Dans une seconde étape, nous verrons comment cette expérience d’unification se déploie dans le temps. Le premier à prendre en compte cette dynamique est Augustin. Autant Gadamer que Ricoeur lui sont redevables, chacun à leur manière, quant à leur manière de comprendre le déploiement de la vérité et de la liberté dans l’histoire des hommes.
La troisième étape consistera en une réflexion sur le fondement de l’herméneutique. Ce fondement est établi dès le XIXe siècle, avec Schleiermacher et Dilthey, comme l’Esprit universel que les oeuvres humaines révèlent. Gadamer reprend cette intuition et la rattache à ce qu’il nomme le langage, distingué des langues. Ricoeur la retrouve à travers l’identité narrative, et son rapport d’une part à la connaissance théorique et d’autre part à l’action morale.
Nous terminerons notre parcours en nous interrogeant sur une possible complémentarité entre les herméneutiques de Gadamer et de Ricoeur. Puis nous reviendrons sur un paradoxe : l’herméneutique, dans un contexte marqué non seulement par les sciences mais aussi par les images, fait retour aux textes. N’est-ce pas là une forme de repli identitaire ? Nous verrons que l’herméneutique permet de penser un monde d’images, mais nous constaterons aussi ses limites, et la nécessité de la compléter.

Bibliographie préparatoire :
J. Greisch, L’âge herméneutique de la raison, Cerf, 1985
J. Grondin, L’horizon herméneutique de la pensée contemporaine, Vrin, 1993
M. Ferraris, Historia de la hermenéutica, Akal, 2000 (original italien, existe aussi en anglais).

ouvert à tous

Télécharger le tract
Avec :

Guilhem CAUSSE

Jésuite, docteur en philosophie, maître de conférences en philosophie.

Voir son profil