Foi et culture : face aux enjeux de la diversité culturelle et de l’unité

Chargement Événements

Le Concile Vatican II a admis qu’il n’est plus possible de différer une réponse ecclésiale aux enjeux de la diversité des cultures, et a, enfin, mis le rapport « foi et culture » en exergue sous l’adage « Deus multifariam multisque modis locutus est », en reconnaissant que le message évangélique ne peut être transmis que par un langage particulier, d’après la logique du mystère de l’incarnation. Or, le monde d’aujourd’hui prend davantage conscience de la pluralité culturelle et se fragmente par les revendications multiples sous la forme nationaliste, isolationniste et fondamentaliste.

Dans le même temps, nous vivons dans un monde qui s’homogénéise de plus en plus, par le fait d’une économie mondialisée et par l’omniprésence des nouveaux médias qui croisent la multiplicité des cultures. Ainsi la question de la pluralité des peuples et des cultures est devenue le centre de l’enjeu pour la paix du monde, également pour la vie de l’Eglise qui doit faire face à des questions théologiques émergentes : Comment penser une nouvelle manière de « faire Église » avec les Eglises dont les racines culturelles sont très différentes de celles de la tradition catholique, façonnée par les cultures juive, hellénistique et latine ? Autrement dire, comment penser ‘l’unité dans la diversité tout en respectant l’irréductibilité de chaque culture’ ? En même temps, comment prévenir, dans le travail indispensable d’inculturation, le risque de dérive du culturalisme né de la volonté de faire corps avec la culture locale, tout en invitant les chrétiens à s’orienter vers l’horizon de la réconciliation ? Ce cours réfléchira à ces nombreux enjeux théologiques et ecclésiaux à travers les études des textes de différentes époques, et à travers l’analyse de la situation actuelle du monde.

Le cours réfléchira, à travers les études des textes de différentes époques et l’analyse de la situation actuelle pour voir comment penser une nouvelle manière de « faire Église » avec les Eglises dont ses racines culturelles sont très différentes de celles de la tradition catholique façonnée par les cultures juive, hellénistique et latine ? Comment prévenir, dans le travail d’inculturation, le risque de dérive du culturalisme tout en invitant les chrétiens à vivre la réconciliation ?

Strictement réservé aux étudiants inscrits en cycle diplômant.

Avec :

Agnès Mi-Jeung KIM

Religieuse de Saint-André, docteur en théologie, professeur de théologie, responsable du département Religions et Cultures, maîtrise en Architecture d’environnement (Université de Séoul), professeur invité à l’Université catholique de Séoul.

Voir son profil