Faire de la théologie « théologalement »

Chargement Événements

La théologie, comme tout discours, possède ses propres catégories. En son temps, Kierkegaard regrettait qu’elle se meuve « dans des catégories complètement erronées, [plaçant] tout en catégories directes. » Quelles seraient alors les catégories « indirectes » du discours théologique ? Elles ne peuvent venir que de l’existence humaine qui, en raison de ces deux points limites que sont la naissance (contingence) et la mort (finitude), est l’expérience d’une énigme (pourquoi suis-je moi ?) et d’un paradoxe (pourquoi la vie est-elle condamnée par la mort ?). Travaillant le rapport de chacun à la vie, le paradigme théologal déploie dans le langage une pensée qui se tient dans l’écart entre la connaissance (la pensée, la théologie dogmatique) et la reconnaissance (le vivre, la spiritualité, la prière). Alors, « le langage cesse d’être ce qu’on dit, il commence à renvoyer aux expériences qui communiquent en lui. » (M. Bellet).
Le séminaire nous permettra de mettre en lumière les conditions d’une pensée « théologale » : le principe de « réflexivité théologale » (la pensée « théologale » crée un miroir comme lieu d’expérimentation où l’homme advient à lui-même quand il reflète l’Autre qu’il est par vertu d’origine) ; celui de « créativité théologale » (il s’agit d’écouter l’inouï de la Parole et d’en réitérer les ressources). Il nous faudra voir comment la dogmatique chrétienne ne reçoit sa signification qu’en relation avec l’expérience de cette réitération. On pourrait dire que le travail du théologien, dans la mesure où il est un véritable acte de foi, est reconnaissance (loi théologale de « l’après-coup ») de la reconnaissance (justification d’exister) qui est le « message des messages » des Écritures. Énonçons alors le principe conducteur d’une manière de faire de la théologie théologalement : ce n’est pas la théologie (comme « science ») qui prouve la vérité de son contenu, mais c’est l’existence théologale qui vérifie le théologique.
Le séminaire permettra une étude approfondie de textes afin d’entrer dans une réflexion personnelle sur le sens du travail théologique.

Ouvert sur autorisation du directeur de cycle, formulaire à demander au secrétariat.