Évangile selon Jean

#
Chargement Événements

«Croire » en Jésus est l’enjeu du quatrième évangile plus encore qu’« aimer ». Il faut en effet croire, nourrir la foi -confiance en lui, pour apprendre à aimer comme Jésus aime. « Croire » se trouve explicité dès le centre du prologue hymnique (Jn 1,1-18) dans les termes d’« être engendré de Dieu », ce qui s’avère peu assimilé jusque dans la pratique chrétienne de nos jours. L’engendrement du croyant à la vie divine, grâce à l’incarnation de la Parole de Dieu en Jésus confessé comme Christ d’Israël et Fils de Dieu, sert ainsi de fil conducteur à la lecture des récits et des discours qui composent l’ensemble du texte. L’organisation littéraire de l’évangile se veut au service du même projet fondamental. Seront surtout honorées certaines caractéristiques de cet évangile par rapport aux Synoptiques. Les trois Pâques de la vie de Jésus jalonnent la première partie qui s’étale sur les douze premiers chapitres. La troisième Pâque, de Jn 13 à Jn 21, ouvre la deuxième partie consacrée à la Cène, la Passion, la mort de Jésus et l’attestation de sa résurrection à Jérusalem et en Galilée. À l’occasion de la deuxième Pâques, l’auteur tient à communiquer ce qu’il entend par l’eucharistie, à la lumière de l’événement des pains, du discours sur le Pain de la Vie, et du désistement de nombreux disciples, conclue par la confession de foi de Pierre à Capharnaüm (Jn 6). Ces données singulières se trouvent confirmées lors de la troisième manifestation de Jésus ressuscité des morts sur le lieu même où la foule avait été nourrie lors de la deuxième Pâques.

La foi s’y trouve partout et toujours valorisée, complétée par l’amour qui en découle. La théologie johannique articule ainsi de façon magistrale une attention au Christ, équilibrée par une attention aux disciples, qui s’accompagne de la prise en compte d’une anthropologie déjà à l’oeuvre dans l’Ancien Testament. L’accomplissement de l’Écriture, complété ou non de citations explicites, constitue dès lors le principe d’intelligibilité majeur de cette oeuvre. Celle-ci rend ainsi accessible à tous l’univers biblique dans son actualité permanente. Le travail sur le texte cherche ainsi à éviter les pièges d’un dualisme moral et religieux et un antijudaïsme prêtés à tort à l’évangile johannique.

L’évangile selon Jean s’offre à lire et à contempler, en donnant à ses lecteurs et ses lectrices une nourriture solide pour leur foi et un encouragement à aimer de l’amour même de Jésus pour les siens.

Télécharger le tract

Bibliographie :
M. GIRARD, Évangile selon Jean. Structures et symboles, 1 : Jean 1–9 ; 2. Jean 10–21, Médiaspaul, 2017.
J. LÊ MINH THÔNG, Qui est « le disciple que Jésus aimait » ? (Lire la Bible 195), Paris, Cerf, 2019.
Y. SIMOENS, Évangile selon Jean, Paris, Éditions Facultés jésuites de Paris, 2018².

 

Ouvert à tous.

Avec :

Yves SIMOENS

Licence et doctorat en sciences bibliques à l’Institut Biblique de Rome de 1974 à 1979. Enseignement du Nouveau et de l’Ancien Testament à l’Institut d’Études Théologiques de Bruxelles de 1979à 1981, interrompu par la dernière année de formation, puis de 1982 à 1993 ; profession religieuse en 1983.

Voir son profil