« Et si Aristote revenait ? » Conversations autour de la vulnérabilité humaine et du transhumanisme

#
Chargement Événements

Construire un automate qui ressemble à un humain et interagit avec lui a toujours été le rêve de l’homme. Preuve en est le succès de l’histoire de Pinocchio, ce pantin inventé par Collodi, auteur florentin du XIXe siècle (1826-1890).
Aujourd’hui, les sciences (psychologiques et neurologiques), l’ingénierie génétique, l’informatique et les technologies dans le domaine de la construction de machines intelligentes, ayant progressé, les outils pour donner vie à l’intelligence artificielle sont de plus en plus performants. Dans ce contexte, nombreux sont ceux qui pensent que le développement de l’IA atteindra un niveau tel que celle-ci pourra un jour surpasser l’intelligence humaine. Par ailleurs, jamais les discours sur la vulnérabilité n’ont été plus nombreux en philosophie, mais aussi dans le domaine des soins, en sociologie et en politique. Comment concilier ces deux discours? Est-ce raisonnable de penser que le rêve transhumaniste puisse un jour absorber la vulnérabilité de nos existences finies ? Cette controverse n’est pas si nouvelle, car déjà dans l’Athènes du IVe siècle, elle s’est posée. Et si Aristote revenait, que répondrait-il à ceux qui portent haut les rêves transhumanistes ?

Avec la participation de :
Laura RIZZERIO, Professeur de philosophie à l’Université de Namur
La soirée sera présentée par Guilhem CAUSSE, Professeur de philosophie au Centre Sèvres, Doyen de la Faculté de philosophie.

Télécharger le tract

Photo ©DR

Ouvert à tous

Avec :

Guilhem CAUSSE

Jésuite, docteur en philosophie, Professeur en philosophie. Doyen de la Faculté de Philosophie du Centre Sèvres.

Voir son profil