Entreprises transnationales et bien commun : l’impossible équation ?

Chargement Événements

Ce cours se fonde sur une intuition: pour que les chrétien-ne-s puissent oeuvrer au bien commun
dans le sillage de l’encyclique Laudato Si’, il est essentiel qu’ils-elles développent une compréhension précise de la façon dont se structure la vie économique et politique des sociétés
contemporaines. Ceci implique, d’une façon ou d’une autre, d’appréhender le phénomène large et diffus du ‘capitalisme’, mode de production qui s’est désormais propagé aux quatre coins du
globe – et dont la soutenabilité est désormais profondément remise en cause, tant sur le plan
social qu’écologique. Dans ce cours, l’entreprise transnationale est choisie comme point d’entrée
pour questionner le capitalisme: dans nos vies quotidiennes, ce dernier se présente d’abord à
nous comme le fait que nous ayons en permanence affaire à ces institutions – en étant exposés à
leur communication institutionnelle, en consommant leurs produits, en les rejoignant pour y
travailler, etc. Le monde à l’intérieur duquel nous cherchons ensemble à bâtir le bien commun se
trouve donc d’emblée façonné par les entreprises transnationales – et cette réalité se trouve
chaque jour davantage confirmée à mesure que l’intégration des économies mondiales se
renforce. Comment interpréter l’émergence de telles entités ‘souveraines’, chevauchant les
frontières et échappant pour une large part aux juridictions nationales ? Devons-nous revisiter en
profondeur notre conception de la façon dont s’articulent vie économique et vie politique ?
Comment tout ceci peut-il venir interroger notre vie morale, sur le plan individuel et collectif ?
En plus de proposer une généalogie historique de l’entreprise transnationale, ce cours visera donc à interroger le statut qu’ont acquis ces institutions dans le monde contemporain, et à nourrir la réflexion sur leur possible régulation.

Bibliographie indicative
– L’entreprise comme commun : au-delà de la RSE, Swann Bommier et Cécile Renouard, Editions
Charles Léopold Mayer, Paris, 2018.
– Gouverner le capitalisme, Isabelle Ferreras, PUF, Paris, 2014.
– L’esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total, Alain Supiot, Seuil, Paris, 2010.
– Penser l’entreprise : nouvel horizon du politique, Baudoin Roger et Olivier Favereau, Parole et
Silence, Paris, 2015.
– L’Église catholique est-elle anti-capitaliste ?, Jacques-Benoît Rauscher, Presses de SciencesPo,
Paris, 2019.
– Illusion financière, Gaël Giraud, Editions de l’Atelier, Ivry-sur-Seine, 2012.
– Gains, Richard Powers, 10/18, Paris, 2013.

Ouvert à tous.