Conférences « médecine, bioéthique et société » – Perturbateurs endocriniens : quels enjeux scientifiques, médicaux, éthiques et juridiques ?

#
Chargement Événements

Perturbateurs endocriniens : quels enjeux scientifiques, médicaux, éthiques et juridiques ?

Mercredi 15 novembre 2017, 19h30-21h30

Selon une définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de 2012, un perturbateur endocrinien (PE) est une substance chimique d’origine naturelle ou synthétique (phtalates, parabènes, bisphénol A, pesticides, dioxine, etc.), étrangère à l’organisme et susceptible d’interférer avec le fonctionnement du système endocrinien qui régule notamment le métabolisme, la croissance, le développement, le sommeil.
Certaines de ces substances sont, selon les cas de façon avérée, présumée ou suspectée, à l’origine de baisse de la qualité du sperme, d’augmentation de la fréquence d’anomalies du développement des organes ou de la fonction de reproduction, de pathologie de la grossesse (prématurité, malformations congénitales, diminution du poids de naissance), d’abaissement de l’âge de la puberté, d’augmentation des cancers hormonodépendants.
Depuis des années les perturbateurs endocriniens sont au centre de débats scientifiques et médicaux (définition des PE, choix des polluants à étudier en priorité, preuve de toxicité, évaluation des risques sanitaires), éthiques (principe de précaution, évaluation des responsabilités et des conflits d’intérêts, évaluation de l’admissible), et juridiques (définition des PE, interdiction, indemnisation).
Qu’est-ce qui est validé scientifiquement ? Qu’est-ce qui pose problème ? Quels sont les différents acteurs en conflit ? Quels sont les débats juridiques et éthiques ? Comment fonctionne l’information du grand public ? Comment être bien informé pour veiller à sa propre santé et, en tant que citoyen, pour veiller à la santé publique ?

Ces questions, qui concernent la santé de chaque citoyen et de tous les citoyens, seront traitées et débattues avec le concours de :

  • Pr Robert Barouki, professeur de biochimie à l’Université Paris-Descartes, Directeur de l’unité de recherche INSERM « Pharmacologie, toxicologie et signalisation cellulaire »
  • Nathalie Jas, historienne et sociologue des sciences, chargée de recherche à l’INRA, membre de l’IRISSO.

Débats animés par Pr Nathalie Chabbert-Buffet, Professeur de gynécologie-obstétrique, Hôpital Tenon (AP-HP)

 

Au sujet des conférences « médecine, bioéthique et société »
– les 15 novembre, 17 janvier, 14 mars et 11 avril –
Les évolutions des techniques et des pratiques médicales suscitent beaucoup d’espoir, posent de nouveaux problèmes éthiques, et nécessitent des choix politiques et économiques qui ne font pas forcément l’objet de larges consensus.
Le colloque et les conférences feront intervenir des personnalités reconnues dans leur discipline pour préciser les enjeux techniques, éthiques et sociétaux des évolutions médicales et pour aider chacun à clarifier ses opinions, réflexions et décisions.

Libre participation aux frais

Ouvert à tous

Télécharger le tract
Avec :

Patrick VERSPIEREN

Jésuite, enseignant en philosophie morale, membre du Groupe de travail sur l’éthique dans la recherche et la médecine de la Commission des épiscopats de la Communauté européenne, membre du département Éthique biomédicale.

Voir son profil

Bruno SAINTÔT

Jésuite, DEA philosophie (Lyon III), DEA théologie (Centre Sèvres).  Maître assistant en philosophie, responsable du Département Ethique biomédicale. Recherches sur le lien entre anthropologie (philosophique et théologique) et éthique.

Voir son profil

Éric CHARMETANT

Jésuite, docteur en philosophie (Paris I-Panthéon Sorbonne), maître de conférences en philosophie. Membre du comité de rédaction de la revue Laennec.

Voir son profil