Sous le signe d’un ailleurs

2019-09-16 Rentree academique Centre Sevres-web

La conférence inaugurale du Père Ntima Nkanza sj sur « Les questions que pose l’émergence d’un christianisme africain », a d’emblée placé cette rentrée sous le signe d’un ailleurs[1]. Son invitation à reconnaître la vigueur et la valeur du « bosquet initiatique », déroutante pour des oreilles occidentales, est extrêmement précieuse car elle montre, grandeur nature, comment un peuple est en train de faire sien la Bonne Nouvelle de l’Evangile. « C’est de nous qu’il s’agit », a répété le P. Ntima, évoquant toutes les figures bibliques qui « parlent » aujourd’hui en Afrique.

Voilà donc une entrée heureuse et stimulante, pour cette année universitaire qui se présente très bien : les étudiants n’ont jamais été aussi nombreux en 1er cycle, Croire et Comprendre continue sur sa lancée, le 2e cycle est plein comme un œuf, et le 3e cycle annonce de belles soutenances de thèses.

On vient des cinq continents pour étudier au Centre Sèvres : 49 nationalités sont représentées parmi les étudiants. Les jésuites y sont les plus nombreux (112) mais plus de quarante congrégations religieuses ont choisi le Centre Sèvres. Nous accueillons bien évidemment des laïcs – encore plus nombreux parmi les auditeurs – ainsi que des prêtres diocésains.

Le Centre Sèvres, du coup, peut être un beau lieu d’écoute et de partage. L’intervention du P. Ntima encourage à oser se parler d’une culture à l’autre ; car lorsque rencontre il y a, nous sommes tous reconduits ensemble à la Source.

A tous, très bonne reprise !

[1]Sa conférence, qui permet en outre de faire un tour d’horizon sur les différentes écoles de théologie africaine sera bientôt accessible sous forme d’un Médiasèvres, en vente à l’accueil du Centre Sèvres.

Ecouter la conférence

Étienne Grieu, sj
Président du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris