Politique et morale avec Eric Weil

Politique et morale, si elles ne refusent pas de se rencontrer, […], sont la recherche libre de la liberté de l’homme en vue du sens, recherche d’une conscience plus claire et d’une action plus cohérente, d’une conscience plus cohérente et d’une action plus claire, sans que jamais cohérence et conscience puissent devenir totales, sans que jamais les hommes cessent d’être, à la fois et indissolublement, désir et liberté, arbitraires et à la poursuite de la justice, violence et raison.

::

Ils peuvent opter pour l’un contre l’autre; mais ils opteraient ainsi contre la possibilité d’un monde humain – ce qu’ils sont libres de faire. S’ils se décident dans le monde pour le monde, ils doivent accepter le dur travail de la pensée et de l’action responsables, tout en sachant qu’à chaque pas ils peuvent se tromper. Mais ce jeu très sérieux vaut bien sa très sérieuse chandelle : c’est même le seul jeu digne d’être joué aux yeux de qui n’est ni ange ni bête.

;;

Eric Weil, « Politique et morale », dans Philosophie et réalité, Beauchesne, 1982, p. 253