N’ayez pas peur d’oublier

Que se passe-t-il après les examens ? On range ses affaires dans son sac, on repense à ce qu’on a dit, aux remarques reçues de la part des enseignants. Peut-être reviennent les questions sur lesquelles on a achoppé, parfois vient l’envie de revisiter tel point laissé en suspens pour y voir plus clair.

Mais en tout cas, après les examens, ce sont des vacances, on passe à tout autre chose, et c’est très bien ainsi. C’est ensuite que viendra l’épreuve de vérité, la vraie, une fois que, dans le feu de l’action, tout ce qu’on a appris s’estompe, que les contenus enseignés prennent un contour plus flou, et parfois s’effacent tout à fait. Que reste-t-il alors ? Peut-être plus grand-chose des éléments appris un par un ; mais ce qui demeure, c’est l’architecture qui les disposait.

C’est cette architecture qui constitue le plus solide de ce qu’on apprend. Et c’est heureux. Car les cellules qui la composent vont mourir, une à une, emportées par l’oubli, mais d’autres viendront les remplacer, qui ne sont pas emportées au gré du vent ou des flots, car il y a une structure capable de les porter. Cette structure, elle est vivante, comme un corps, et elle grandit.
Voilà du moins ce que nous essayons de faire au Centre Sèvres.

Alors, oui, très bonnes vacances. Et n’ayez pas peur d’oublier !

Etienne Grieu, s.j.
Président du Centre Sèvres facultés jésuites de Paris