Les bergers et les mages

Edito Etienne Grieu dec 2019 Mages et bergers-centresevres

Le récit de la nativité selon Luc, lu dans la nuit de Noël, raconte que les bergers ont été les premiers prévenus de la naissance de Jésus et comment ils ont aussitôt accouru lui rendre hommage. L’évangéliste Matthieu, lui, fait arriver jusqu’à l’enfant Jésus des mages venus d’Orient. Ce sont un peu deux extrêmes qui se retrouvent dans la crèche : les bergers étaient des gens de mauvaise réputation, souvent considérés comme des menteurs et des voleurs ; ils n’étaient pas admis à témoigner devant les tribunaux. Or ce sont eux, selon Luc, que Dieu prend à témoin pour leur annoncer la grande nouvelle.

Les mages sont des hommes de science ; des gens qui font partie de l’élite intellectuelle de leur temps (d’ailleurs, tout bonnement, quand ils arrivent à Jérusalem, ils vont droit chez le roi). Aujourd’hui, ce seraient les chercheurs du MIT, du CNRS (ou du Centre Sèvres !) bref, des hommes passionnés par le savoir, capables d’influer sur les décisions, conseillers des princes, proches du pouvoir (là, c’est moins le cas du Centre Sèvres…).

Ces deux groupes d’hommes, qui représentent les deux extrêmes d’un monde sont invités à venir voir l’enfant et à se réjouir de sa naissance, si bien que dans nos crèches, on les retrouve côte à côte, vrai miracle, promesse de nouvelles manières de se rapporter les uns aux autres dès lors qu’est reconnu Celui qui vient nous visiter.

Que les fêtes de Noël ouvrent, pour chacun, la possibilité d’entrer dans la nouvelle année à partir de ce point-là, précisément. Car là, tout s’ouvre à nouveau.

Étienne Grieu, sj
Recteur du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris