Le temps de Noël

Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Le temps de Noël est toujours un peu particulier. C’est souvent un moment où nous éprouvons ce qui compte pour nous : famille, amis, santé… mais aussi ce qui manque à nos vies, ce qui est dur à porter. C’est le moment où mûrissent les vœux. Pas ceux formulés à la va-vite, mais des vœux qui rejoignent nos vrais besoins. Voici ceux que je veux formuler à l’approche de Noël. En ayant aussi à l’esprit ce qu’a connu notre pays dans la période récente.

 

Le premier est une invitation à la douceur envers soi-même. St François de Sales nous rappelle que « l’un des meilleurs usages que nous saurions faire de la douceur, c’est de nous l’appliquer à nous-mêmes, ne dépitant jamais contre nous ni contre nos imperfections ». Conseil précieux à entendre. Alors que les contraintes de la vie nous mettent déjà sous tension, il n’est pas rare que nous nous rajoutions d’autres exigences, supportant mal nos limites et nos faiblesses. S’il faut regarder nos vies en vérité, n’ajoutons pas de pression supplémentaire, souvent épuisante et stérile.

 

Le second est de veiller à son intériorité. Nous vivons souvent en surface, pris dans les apparences, le bruit et l’immédiateté. Pourtant notre humanité a besoin de temps, de silence, de recul pour respirer. C’est la première des attitudes écologiques… Nous devons veiller à notre vie intérieure en nous offrant des espaces où nous pourrons entendre en profondeur, ce qui bouge au fond de nous, ce qui aspire à se dire…

 

Le troisième est d’ «élargir l’espace de sa tente », comme le dit le prophète Isaïe. Il est normal de fréquenter ceux qui nous ressemblent. Si ces relations sont bonnes et équilibrantes, elles ne doivent pourtant pas nous enfermer dans un entre-soi où tout le monde pense et dit pareil. Cela fait du bien à l’esprit et au cœur d’être prêts à écouter d’autres musiques. Cela nous aide aussi à savoir ce qui nous fonde vraiment, ce qu’il nous faut accueillir, ce qu’il nous faut refuser, et ce que l’on peut bâtir avec d’autres.
Ces attitudes, précieuses pour l’époque compliquée que nous vivons, ne sont pas sans lien, je crois, avec ce que Dieu est venu nous dire à Noël.

A tous, le Centre Sèvres souhaite une belle fête de Noël et une nouvelle année pleine de confiance et de paix.

 
P. François Boëdec, sj
Président du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris.

Dernières actualités

Organisez votre événement professionnel au Centre Sèvres – Paris

Particuliers, entreprises, écoles, associations, vous cherchez à louer un espace pour : une réunion, une AG ou assemblée de copropriété, une conférence ou visioconférence, une formation, un colloque…  Le saviez-vous ? Le Centre Sèvres propose des espaces clé en main, en plein cœur du 6è arrondissement, en journée et en soirée.

Au Centre Sèvres, l’écoute et le dialogue au service de la synodalité

En octobre dernier, le pape François a ouvert le synode mondial sur la synodalité. Une démarche qui vise à concrétiser un rêve : celui d’une Eglise qui marche ensemble à l’écoute de l’Esprit. En tant que centre de recherche et de formation, le Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris constitue un lieu ferment de cette réflexion collective.

Trésors d’archives : les Jésuites et les Indiens de la Nouvelle France, en replay sur Arte

En février dernier, la bibliothèque du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris a participé à la préparation de l’émission d’Arte Faire l’histoire par le prisme des objets avec Patrick Boucheron et Yann Lignereux, historien du politique au XVIIe siècle, sur le thème du calumet de la paix.