Le temps de Noël

Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Le temps de Noël est toujours un peu particulier. C’est souvent un moment où nous éprouvons ce qui compte pour nous : famille, amis, santé… mais aussi ce qui manque à nos vies, ce qui est dur à porter. C’est le moment où mûrissent les vœux. Pas ceux formulés à la va-vite, mais des vœux qui rejoignent nos vrais besoins. Voici ceux que je veux formuler à l’approche de Noël. En ayant aussi à l’esprit ce qu’a connu notre pays dans la période récente.

 

Le premier est une invitation à la douceur envers soi-même. St François de Sales nous rappelle que « l’un des meilleurs usages que nous saurions faire de la douceur, c’est de nous l’appliquer à nous-mêmes, ne dépitant jamais contre nous ni contre nos imperfections ». Conseil précieux à entendre. Alors que les contraintes de la vie nous mettent déjà sous tension, il n’est pas rare que nous nous rajoutions d’autres exigences, supportant mal nos limites et nos faiblesses. S’il faut regarder nos vies en vérité, n’ajoutons pas de pression supplémentaire, souvent épuisante et stérile.

 

Le second est de veiller à son intériorité. Nous vivons souvent en surface, pris dans les apparences, le bruit et l’immédiateté. Pourtant notre humanité a besoin de temps, de silence, de recul pour respirer. C’est la première des attitudes écologiques… Nous devons veiller à notre vie intérieure en nous offrant des espaces où nous pourrons entendre en profondeur, ce qui bouge au fond de nous, ce qui aspire à se dire…

 

Le troisième est d’ «élargir l’espace de sa tente », comme le dit le prophète Isaïe. Il est normal de fréquenter ceux qui nous ressemblent. Si ces relations sont bonnes et équilibrantes, elles ne doivent pourtant pas nous enfermer dans un entre-soi où tout le monde pense et dit pareil. Cela fait du bien à l’esprit et au cœur d’être prêts à écouter d’autres musiques. Cela nous aide aussi à savoir ce qui nous fonde vraiment, ce qu’il nous faut accueillir, ce qu’il nous faut refuser, et ce que l’on peut bâtir avec d’autres.
Ces attitudes, précieuses pour l’époque compliquée que nous vivons, ne sont pas sans lien, je crois, avec ce que Dieu est venu nous dire à Noël.

A tous, le Centre Sèvres souhaite une belle fête de Noël et une nouvelle année pleine de confiance et de paix.

 
P. François Boëdec, sj
Président du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris.

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.