« Le temps, cet inconnu », une méditation sur le temps avec Nicole Fabre, psychanalyste, professeur invité au Centre Sèvres

,,

Je ne sais toujours pas ce qu’est le Temps. Mais je sais que dans mon vécu du temps, je découvre ma finitude mais aussi la puissance de ce courant de vie qui m’emporte.

;;

Je ne sais pas ce qu’est le Temps mais je sais en moi la force de changement, je sais l’arrachement aux paralysies, je sais la joie de l’énergie qui se déploie.

;;

Étrangement, je sais aussi que du Temps je ne possède ni le passé ni l’avenir. Mais un présent sans cesse renouvelé, dans lequel ce qui fut me demeure, ce à quoi j’aspire m’habite.

,,

Alors, je lis et je relis le merveilleux livre XI des Confessions de saint Augustin, ce texte haletant où Augustin s’adresse à Dieu dans son éternité pour comprendre le Temps auquel il est soumis. Finalement, il conclut : « C’est en toi mon âme que je mesure les temps. Allons, ne me tracasse pas, autrement dit, ne te tracasse pas toi-même dans le tapage de tes impressions. C’est en toi, dis-je, que je mesure les temps. L’impression que, quand elles passent, les choses font en toi, et qui, quand elles ont passé demeure, c’est elle que je mesure. Elle est présente et non les choses qui l’ont produite et qui ont passé. C’est elle que je mesure quand je mesure les temps. »

;;

Le temps, cet inconnu par Nicole Fabre, Editions Facultés jésuites de Paris, pp. 99-100