Le rendez-vous de l’Alliance

Le message que l’Eglise porte est celui d’une Alliance entre Dieu et l’humanité : une relation où Dieu s’engage sans reste, qui espère une réponse, non sous forme de prestations à effectuer mais comme un « me voici ». L’Alliance appelle à la vie, elle fait grandir, donne la liberté de risquer sa voix à l’autre, c’est un « parce que c’est toi » sans condition préalable et sans terme.
Cela se distingue du contrat où l’on s’engage en fonction d’une prestation à effectuer et où le lien peut facilement être rompu. Dans un monde où l’échange calculé gagne de plus en plus de terrain, il est crucial que les logiques d’Alliance ne soient pas balayées d’un revers de main. Car le contrat permet de se placer sur des échelles de compétences mais ce n’est pas lui qui fait naître.
Si les affaires d’abus sont si douloureuses à la fois pour les victimes et pour l’Eglise, c’est précisément parce qu’elles sont un dévoiement de ces liens d’Alliance qui forment le trésor de l’Eglise.
A l’occasion de ces scandales, l’Eglise est renvoyée à sa manière de porter ce lien de l’Alliance : si elle l’activait exclusivement pour ses autorités et dirigeants, l’alliance tournerait en mafia, où les crimes sont couverts par des liens qui protègent contre la justice. C’est exactement l’envers de l’Alliance biblique qui, elle, est indissociable du souci de justice. C’est pourquoi dans la Bible, l’Alliance se scelle en s’adressant d’abord aux plus vulnérables.
Le temps du carême invite tous les chrétiens, les communautés et l’Eglise entière à se laisser rejoindre par Celui qui a renoué l’Alliance. Que les révélations des dernières semaines sonnent pour nous tous comme un appel à nous laisser refaçonner en profondeur par ces liens vivifiants. Et cet appel, nous avons aussi à l’entendre ici, au Centre Sèvres.

Etienne Grieu, sj
Président du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris