La liberté du chrétien, par Edouard Pousset, jésuite

Dieu nous a créés par bonté ; mais Dieu n’a pas créé un mendiant : il a créé un prince, un être capable de nouer avec lui un rapport de justice. Dieu se le devait à lui-même et il le devait aussi à sa créature. […]

 

Dieu a créé l’homme par bonté, de telle sorte que la créature – l’homme dans l’univers – devienne le chemin pour aller à Dieu. Car Dieu est la fin de l’homme. Pas plus qu’aucune des trois personnes divines n’a son centre en elle-même, mais dans les autres, puisque chacune se définit comme relation aux deux autres, la créature n’a son centre en elle-même ; elle l’a dans un autre qui est Dieu. Dieu est la fin de la créature, mais la créature est elle-même le chemin pour aller à Dieu : ainsi, choisir Dieu, c’est en même temps choisir pour soi-même, et choisir pour soi-même est choisir Dieu. Tel est l’ordre posé par la bonté du Créateur.

 

Plus libre dans la chair. Écrits spirituels, Edouard Pousset, Textes présentés par Christoph Theobald, éditions Facultés jésuites de Paris, pp. 211-212